Les entreprises françaises s’engagent pour des achats responsables

  • Publié le: lundi 15 février 2016

L’Observatoire des achats responsables a dévoilé la semaine dernière son baromètre annuel pour 2016. Il constate que les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à mettre en place une stratégie d’achats responsables.

La démarche des entreprises en matière d’achats responsables prend de plus en plus d’ampleur en France. C’est le constat de l’Observatoire dans son baromètre annuel : 42% des acheteurs interrogés estiment que les achats responsables sont une priorité pour leurs entreprises, contre 33% en 2015. Une progression importante qui est peut-être due aux exigences des clients en matière de transparence et de traçabilité. Mais c’est aussi le signal que les entreprises s’investissent plus sérieusement : les deux tiers des acheteurs font le choix de s’adresser à des petits fournisseurs de moins de 250 salariés. En parallèle, ils travaillent à réduire les délais de paiement pour aider ces structures. Ils s’investissent aussi dans la fin de vie de leurs produits, le recyclage, les économies d’énergie…

Si les achats responsables sont devenus un réflexe pour les entreprises françaises, des freins existent encore, à commencer par le manque de repères clairs et les questions de budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement