Nouveau scandale chez H&M avec son sweat-shirt « coolest monkey in the jungle » porté par un enfant noir

  • Publié le: lundi 15 janvier 2018

H&M n’en est pas à son premier scandale, mais les retombées liées à sa dernière campagne de publicité montrant un jeune garçon noir portant un sweat-shirt taggué « le singe le plus cool de la jungle » risque de lui causer un fort préjudice.

 

Il n’aura fallu que quelques heures pour que la publicité fasse le tour des réseaux sociaux et souille l’image de la marque H&M. Cette publicité jugée immédiatement de raciste a été décriée par des grandes stars de la musique. Après le chanteur The Weeknd qui a annoncé ne plus vouloir collaborer avec la marque avec qui il avait réalisé une collection de vêtements en 2016, c’est Diddy (précédemment connu sous le nom de Puff Daddy), qui a réagi à la campagne de la marque en offrant un contrat d’un million de dollars avec sa marque de vêtement Sean John. Il lui a d’ores et déjà dessiné un modèle estampillé « coolest king in the world ».

 

Un nouveau « bad buzz » pour la marque

 

Malgré les excuses immédiatement présentées par l’entreprise, et le retrait des ventes du produit, il s’agit d’un véritable « bad buzz » pour la marque qui devrait mener à de lourdes conséquences économiques et financières.

D’autant que la marque n’en est pas à sa première accusation de racisme. Comme le rappelle le magazine Jeune Afrique, H&M a un précédent en Afrique du Sud datant de novembre 2015. Lors de son implantation dans le pays, une blogueuse mode avait interpelé H&M concernant le faible nombre de modèles noires sur leurs affiches publicitaires, et avait demandé à ce que la marque fasse des efforts en ce sens. La réponse du groupe avait fait un tollé sur Twitter, puisque les propos avaient été jugés de racistes.

 

Une tendance dans l’univers de la beauté et des cosmétiques ?

 

Et pourtant, H&M n’est pas la seule à faire les frais de protestations suite à ses publicités. Son principal concurrent Zara avait dû faire retirer de la vente en 2014 une marinière pour enfant estampillé d’une étoile jaune, rappelant l’étoile imposée aux juifs par les nazis lors de la seconde guerre mondiale. L’automne dernier, la marque de cosmétiques Dove a été sommée de présenter des excuses après la diffusion en ligne d’une publicité montrant une femme noire enlevant un tee-shirt pour laisser apparaître une femme blanche et rousse. Cette publicité avait été jugée de raciste. Pour autant, la femme blanche et rousse enlevait elle aussi son tee-shirt afin de laisser place à une femme brune et au teint mat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement