Une Coupe du Monde plus durable ?

  • Publié le: jeudi 14 juin 2018

La Coupe du Monde envisage des « stades plus durables » mais certains ont été construits sur des habitats où prospère une faune rare.

Lorsque la Coupe du Monde débutera en Russie le jeudi 14 juin, ce sera la première Coupe du Monde dont la Fédération Internationale de Football (FIFA) exigera l’intégration de la durabilité dans sa construction et sa rénovation, selon le rapport de la FIFA « des stades plus durables ».

« Les stades sont essentiels dans nos efforts pour organiser une Coupe du Monde de la FIFA réussie et durable. C’est pourquoi la FIFA a rendu la certification verte obligatoire pour tous les stades utilisés pour l’événement », a déclaré Federico Addiechi, responsable de la diversité et de la durabilité de la FIFA en février quand la fédération a annoncé que trois stades russes avaient déjà passé la certification.

Des constructions durables sur des terrains préservés

Mais des activistes russes locaux affirment que certains des stades « verts » ont néanmoins été construits sur des écosystèmes vulnérables.

Le stade de Kaliningrad, par exemple, où l’Angleterre et l’Espagne joueront, a été construit avec des matériaux et des systèmes de chauffage, de ventilation et d’électricité respectueux de l’environnement, selon un rapport de la FIFA.

Cependant, il a été construit au sommet de l’île d’Octobre, un paradis pour les oiseaux et l’une des dernières zones humides de Kaliningrad.

« C’était une île typique du delta, avec de la tourbe et une roselière, un petit coin de paradis dans la ville, où vivaient les oiseaux», a déclaré l’écologiste locale Alexandra Korolyova, qui a fait campagne contre la construction du stade. « Vraiment, si la Russie avait accordé plus d’attention à la protection de l’environnement, elle aurait potentiellement pu devenir une réserve ou un parc national au sein la ville. »

A la place, en 2014, une partie des zones humides ont été recouvertes de plus d’un million de tonnes de sable pour préparer la zone à la construction.

L’Arena de Kazan, qui a obtenu la note « argent » selon la certification « RUSO. THE FOOTBALL STADIUMS » créée pour la Coupe du Monde, a également été le théâtre de manifestations en 2016 en raison de l’extension d’un parking à proximité d’une prairie qui abrite des espèces rares, selon les contestataires.

Le stade de Saransk a également été construit sur un mélange de vieux logements et de marais, mais le ministre local Alexei Merkushkin a déclaré que cette zone était « l’endroit le plus horrible de la ville ».

« Je pense que la Coupe du Monde a donné un énorme coup de pouce à l’amélioration de l’environnement dans notre ville même si c’était déjà très bon », a-t-il ajouté.

Des partenariats qui font tâche

Les stades ne sont pas le seul point de discorde concernant les efforts de la FIFA pour être plus durables.

La FIFA a été la première organisation sportive internationale à adhérer au Climate Neutral Now de l’initiative pour le Changement Climatique de l’ONU, s’engageant à compenser les émissions de la Coupe du Monde 2018 et à devenir neutre en carbone d’ici 2050. Mais les défenseurs de l’environnement affirment que cet engagement est sapé par le partenariat entre la FIFA et la société russe Gazprom qui a conclu des accords avec des compagnies aériennes et automobiles.

« On ne peut pas encourager l’action climatique tout en prenant l’argent des industries qui mènent la crise. C’est comme prendre des engagements en matière de santé tout en acceptant de l’argent de l’industrie du tabac », a déclaré Jesse Bragg, le porte-parole de Corporate Accountability International (CAI), une ONG américaine qui piste le lobbying pratiqué par les multinationales aux dépens des politiques publiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement