Recruter un animateur, pourquoi est-ce difficile ?

  • Publié le: lundi 14 février 2022

Que ce soit en période estivale, les mercredis, ou pendant les vacances scolaires, le secteur de l’animation voit chaque année arriver un nombre croissant de Français en quête de divertissement. Une forte attente qui pousse les structures de loisirs à recruter du personnel pour assurer les activités. De nombreux postes sont donc à pourvoir, faisant de l’animateur professionnel le sixième métier le plus recherché par les employeurs. Cependant, les candidats ne se bousculent pas au portillon. La raison ? Les conditions précaires qui entourent la profession associées à l’impact du Covid-19 affaiblissent l’attractivité du métier. Précisions.

Une enquête de l’organisation professionnelle Hexopée s’est intéressée aux difficultés d’embauche du secteur de l’animation. L’étude a constaté que les 1 182 structures ayant répondu ont fait état de 5 2545 postes non pourvus soit 10 % de leurs effectifs. Au total, 74% des employeurs ont du mal à recruter. Cette année, 50 000 postes dans le secteur de l’animation sont disponibles. Certaines structures de loisirs ont même été contraintes de fermer leurs portes en 2021, faute d’animateurs qualifiés. Mais alors pourquoi recruter des animateurs est devenu un casse-tête ?

L’animation : des conditions de travail délicates

L’environnement de travail spécifique à l’animation nuit à l’attractivité de l’emploi. En effet, il s’agit généralement de contrats à durée déterminée courts, correspondant souvent aux périodes de vacances scolaires et/ou temps partiel pour les structures de loisirs. Ces contrats mobilisent souvent un public étudiant cumulant études et emploi. Pour ces derniers, le temps partiel peut constituer une bonne alternative. Ce n’est cependant pas le cas pour les animateurs professionnels qui souhaitent entrevoir des perspectives d’évolution. En effet, ces conditions de travail entraînent un fort turnover qui précarise le métier. Ce contexte subi, associé aux faibles rémunérations, cause des difficultés de recrutement des personnels d’après les conclusions de l’enquête d’Hexopée.

Une crise sanitaire qui réduit les sessions de formation d’animateurs

Depuis deux ans, la pandémie paralyse le pays et bloque de nombreux métiers ou évènements. Le secteur de l’animation n’échappe pas à cette crise sans précédent. Les mesures sanitaires ont notamment ralenti la formation d’animateurs professionnels. En 2020, le nombre de diplômes a même chuté de 12 000. Les organismes de formation ont dû annuler ou reporter des cours. Si de nombreuses formations à distance ont été mises en place, elles ne suscitent pas un engouement. En effet, l’animation est un métier de contact et la formation de terrain préalable est indispensable afin d’être un animateur polyvalent et compétent.

Des prestataires en recrutement en soutien des structures employeuses

Fort heureusement, les différentes structures de loisirs en difficulté de recrutement peuvent demander de l’aide auprès de nombreuses entreprises extérieures répartis sur le territoire. C’est le cas de la société prestataire de formation et de recrutement d’animateurs Bleu Blanc Ciel. Les cinq collaborateurs du groupe s’engagent à dénicher et proposer des animateurs compétents pour l’hôtellerie de plein air. Ajouté à cela, la filiale de formation de l’entreprise s’attache à transmettre les fondamentaux et les valeurs de ce métier passion afin rehausser son attractivité et ainsi susciter des vocations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS