Kering : une stratégie RSE payante pour réduire l’empreinte carbone

  • Publié le: vendredi 14 février 2020

En janvier dernier, le groupe Kering a publié les résultats de son action en faveur de la réduction de son empreinte carbone. Le groupe de luxe français peut se targuer d’avoir baissé son impact environnemental de 14% en seulement trois ans.

A l’été 2019, François-Henri Pinault a été le principal acteur du lancement du Fashion Pact. Cet accord non contraignant rassemble plusieurs grands noms de l’industrie du luxe autour d’un objectif : réduire l’impact environnemental de cette industrie. Mais le groupe Kering, dirigé par François-Henri Pinault, n’a pas attendu ce Fashion Pact pour s’engager dans une stratégie RSE offensive en matière de développement durable. Ces dernières années, Kering a massivement investi dans la transition énergétique. Le mix énergétique de l’entreprise repose à présent sur 67% d’énergies renouvelables. Ce chiffre atteint même 78% pour la seule zone Europe. Encore mieux : le groupe annonce 100% d’ENR dans sept pays où il est implanté.

Cette stratégie RSE en faveur de l’environnement se ressent aujourd’hui dans les résultats annoncés par le groupe. Kering a annoncé avoir réduit son impact environnemental global de 14% entre 2015 et 2018. Il a aussi diminué ses émissions de gaz à effet de serre de 36% sur la même période.

Et ce n’est pas fini. Kering a déjà lancé son programme CARE en faveur du développement durable. Il doit permettre de réduire les émissions de CO2 de 50% entre 2020 et 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Le financement participatif progresse en France

    D’après le dernier bilan de l’association Financement Participatif France, la finance responsable progresse en France. Les investisseurs français ont encore été plus nombreux en 2019 à y adhérer. Un élan qui s’explique en partie par l’engouement autour des énergies renouvelables.