La semaine du goût met le gaspillage alimentaire sur la table

  • Publié le: mardi 13 octobre 2015

C’est hier que commençait la 26e semaine du goût. Et cette année, un nouveau thème fait son entrée dans le programme pédagogique proposé aux enfants : le gaspillage alimentaire. L’occasion de parler d’un phénomène de grande ampleur et de responsabiliser les consommateurs de demain.

Les chefs et les intervenants ont une semaine pour faire découvrir les valeurs du « mieux manger » aux plus jeunes. Au programme : des ateliers thématiques, des cours de cuisine et des dégustations où l’ont met l’accent sur les produits de saison. Pour compléter la découverte, les responsables de la semaine du goût ont décidé d’innover en proposant d’intégrer les problématiques du gaspillage alimentaire. Les chefs devront cuisiner avec des produits entiers (bio si possible) et utiliser au maximum toutes les parties des légumes, poissons et autres matières premières. Le but ? Montrer aux enfants qu’il ne faut pas jeter trop facilement les aliments.

Derrière cette démarche, la volonté de la semaine du goût est aussi d’intégrer les ateliers dans un contexte un peu plus militant : en effet, le gaspillage alimentaire des pays riches correspond largement aux besoins en nourriture des pays pauvres. Une inégalité qui doit entraîner une prise de conscience citoyenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le MEDEF s’engage pour l’entreprise contributive

    “Vers l’entreprise contributive” : c’est le thème choisi par le MEDEF et l’ORSE pour un colloque qui aura lieu le 25 février prochain. Un thème qui ne doit rien au hasard : le MEDEF a choisi de s’engager sur la

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.