Une boulangerie autogérée et solidaire à Montreuil

  • Publié le: vendredi 13 juillet 2018

Chez « A la conquête du pain », on trouve du pain bio et bénéficiant d’un « tarif de crise » pour les clients dans le besoin.

Dans cette boulangerie ouverte en 2010 par deux amis, on essaie de montrer qu’il est possible d’allier idées politiques et production. En effet, l’un des fondateurs est membre de la Fédération anarchiste et l’autre de la mouvance autonome et antifasciste.

Ils ont voulu à travers cette boulangerie gérée via une coopérative, ouvrir un commerce disposant d’une dimension sociale et solidaire.

Chez « À la conquête du pain », il n’y a pas de patron, les salaires sont identiques, quel que soit le métier et les décisions sont prises en Assemblée générale. On y discute notamment des questions relatives aux coûts. Le prix des matières premières ayant tendance à augmenter, il n’est pas question d’accroître le prix des baguettes de 50% pour compenser. Alors l’entreprise joue sur les marges.

Elle propose également un « tarif de crise » applicable sur simple demande et sans aucune justification. Le système est basé sur la confiance. Les clients n’en abusent d’ailleurs pas.

« Les gens demandent le tarif de crise quand ils en ont besoin. On ne contrôle pas, chacun fait avec sa conscience mais il n’y a pas d’abus. Il y a même des gens qui le demandent en fin de mois puis, au début du mois suivant, ils mettent une ‘baguette suspendue’ », explique Rachid, le plus ancien des salariés à l’AFP. Ce système permet de payer le montant d’une baguette afin qu’un nécessiteux puisse en bénéficier gratuitement lors de son passage.

La boulangerie peut se targuer d’avoir réuni une clientèle diversifiée. Ici, les « bobos » croisent les habitants des cités. Tous revendiquent la qualité du pain, et certains viennent aussi pour la démarche solidaire ou les idées politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Au Portugal, les livreurs de repas seront désormais salariés

    Le Portugal oblige désormais les plates-formes de commandes de repas en ligne telles qu’Uber et Glovo à proposer à certains de leurs livreurs des contrats et des avantages formels, devenant ainsi le dernier pays européen à s’attaquer cette économie très

le Coin ESS