Pour lutter contre l’obsolescence programmée, le gouvernement réfléchit à un ” indice durée de vie ” des produits

  • Publié le: mardi 13 février 2018

Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire a annoncé réfléchir à la mise en place d’un « indice durée de vie » concernant les produits électroniques et électroménagers. Il serait visible sur l’étiquette du produit visé. Cette mesure pourrait permettre de lutter contre l’obsolescence programmée.

 Brune Poirson a proposé l’instauration de cette mesure suite à la consultation du public sur les sujets du recyclage et de l’économie circulaire. Si la proposition est adoptée, elle sera expérimentée en France prochainement.

Inciter les marques à fabriquer des appareils plus robustes

La mise en place de cet indice, qui verrait attribuer une note allant de 1 à 10 aux appareils électroménagers, consistera à évaluer la robustesse, la durabilité et la facilité de réparation des produits. Cela pourrait faire changer les mentalités des fabricants. Sera également précisé s’il est aisé de trouver des pièces détachées en cas de panne, si le produit se démonte facilement et si les outils nécessaires à son démontage existent dans le commerce.

Ces aspects représentent les mesures à prendre en considération lors de la production d’un appareil électroménager. A l’heure actuelle, les produits ne sont pas faits pour durer et se réparent de moins en moins facilement.

Favoriser la filière réparation

Afin d’inciter les consommateurs à réparer leurs appareils, la secrétaire d’État propose d’accorder une TVA réduite pour les artisans réparateurs. En effet, les coûts de réparations s’avèrent souvent trop onéreux pour les ménages, qui finissent souvent par racheter un nouveau produit. L’étude de l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) qui date de 2015 indique à ce propos que « dans 60% des pannes, le consommateur n’essaye pas de faire réparer son produit et il ne fait jamais réparer si le coût est supérieur à 30% du prix du neuf ».

Ce dispositif resterait une démarche purement volontaire jusqu’en 2020, puisque pour rendre le caractère obligatoire, il devrait être voté au niveau européen. La France souhaite défendre cette mesure à Bruxelles pour une application dès le 1er janvier 2020.

3 thoughts on “Pour lutter contre l’obsolescence programmée, le gouvernement réfléchit à un ” indice durée de vie ” des produits

  1. Bonjour,
    Cet indice n’a rien de sérieux et ne peut que très difficilement être concevable… La plus grande part de la dégradation d’un appareil vient de son utilisation; chose que l’on ne peut évidemment pas quantifier lors de la fabrication de l’appareil.
    Au final, peut être que le poids de l’appareil serait suffisant pour en déterminer la qualité. En électroménager, et plus particulièrement pour les fours, c’est un indice presque valable.

    Non, très sérieusement, cet indice sera complétement loufoque.

  2. J’ajouterai qu’à la place, il faudrait plutôt indiquer sur une étiquette bien lisible, le temps de mise à disposition des pièces de rechange pour le SAV. Ça c’est important

  3. Bonjour,
    Cet indice n’a rien de sérieux et ne peut que très difficilement être concevable… La plus grande part de la dégradation d’un appareil vient de son utilisation et surtout de son entretien; chose que l’on ne peut évidemment pas quantifier lors de la fabrication de l’appareil.
    Au final, peut être que le poids de l’appareil serait suffisant pour en déterminer la qualité. En électroménager, et plus particulièrement pour les fours, c’est un indice presque valable.

    Non, très sérieusement, cet indice sera complétement loufoque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement