Des faucheurs de chaises pour défendre le climat

  • Publié le: jeudi 12 novembre 2015

Si certains mouvements écologiques sont habitués à monter des opérations coup de poing, comme Greenpeace par exemple, c’est un tout autre type de manifestation qui est apparu en France ces derniers jours : les faucheurs de chaises. Leur but ? Aller prendre des chaises dans des agences bancaires soupçonnées de favoriser l’évasion fiscale.

C’est l’association ATTAC qui a lancé l’appel des faucheurs de chaises. L’initiative repose sur une idée simple : réunir 196 chaises, soit autant de chaises que de pays qui seront présents à la COP 21. Des chaises vides qui symbolisent l’impuissance et le manque de mobilisation des pays face à l’évasion fiscale. Un combat en rapport direct avec celui de l’environnement puisque l’argent perdu grâce aux paradis fiscaux pourrait servir à financer des politiques environnementales ambitieuses. Avec cet argument, les faucheurs de chaises veulent mobiliser l’opinion publique et faire entendre leur voix.

Lundi dernier, c’est une agence HSBC de Lyon qui a été prise pour cible. L’organisme avait été mis en cause dans l’affaire Swissleaks. A l’heure actuelle, les faucheurs annoncent qu’ils ont déjà collecté 96 chaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Nouveaux espaces de travail : Spinoza dresse son bilan

    L’Observatoire Spinoza a publié, fin décembre 2019, une grande étude sur les mutations des espaces de travail. L’étude porte sur les espaces aménagés dans les entreprises, mais aussi sur les nouvelles dynamiques sociales qui s’installent au cœur de l’activité professionnelle.

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.