Santé : la pollution pointée du doigt aux Etats-Unis

  • Publié le: mardi 12 janvier 2016

Si l’on sait que la pollution a un impact négatif sur la santé humaine, les études peinent encore à démontrer l’implication directe sur des maladies précises. Un premier pas vient d’être franchi grâce à une étude américaine qui démontre le rôle joué par les particules fines sur la santé des êtres humains.

Rarement une étude a été menée à une aussi grande échelle. Ce sont quelques 9,8 millions de personnes qui ont été utilisées comme échantillon pour une étude épidémiologique sans précédent. Le but : démontrer que l’exposition aux particules fines aggrave les cas de maladie neuro-dégénérative chez les êtres humains exposés. En particulier, les chercheurs ont étudié le lien entre la pollution de l’air et des maladies comme Parkinson ou Alzheimer. Pour la maladie de Parkinson, l’exposition aux particules fines augmente les risques d’hospitalisation de 8% ; la statistique monte à 15% de risque pour la maladie d’Alzheimer.

Si l’étude ne permet pas encore de démontrer le lien entre pollution aux particules fines et déclenchement des maladies, elle pointe au moins du doigt un facteur d’aggravation qui met en danger la santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Handicap : une discrimination à l’embauche comme une autre ?

    Alors que l’État français effectue des tests à l’embauche à l’échelle nationale, le handicap figure désormais en tête des discriminations en France. Malgré les lois successives, les personnes en situation de handicap s’intègrent beaucoup moins bien que les autres dans

le Coin ESS

  • La France passe son Grey Day le 23 mars

    Aujourd’hui le 23 mars, c’est le Grey Day français. Le jour où l’Hexagone a épuisé sa production annuelle d’énergies vertes. D’après les chiffres publiés par RTE en 2018, la France est parvenue à couvrir 18,4% de ses besoins énergétiques avec