Biocoop ouvre un magasin éphémère et sans emballages

  • Publié le: mercredi 11 novembre 2015

Biocoop, l’enseigne de produits bio, a décidé de profiter de la COP 21 pour se lancer dans un nouveau projet : le magasin sans emballages. Elle s’offre donc un test grandeur nature avec un magasin temporaire qui fermera ses portes le 30 décembre.

Alors que la fin du sac plastique est programmée par le gouvernement, Biocoop propose à sa clientèle un nouveau concept : l’achat en vrac. Les clients viennent faire leurs courses avec leurs contenants, ou bien ils achètent sur place des bocaux et petits sacs de toile, pour ensuite faire leurs courses. Noix, lentilles, pâtes, fruits et légumes… mais aussi produit vaisselle ou huile d’olive : de quoi changer les habitudes des consommateurs.

Si les réflexes ne sont pas les mêmes, les clients apprécieront de prendre la juste quantité souhaitée au lieu d’être contraints par le conditionnement des denrées. Autre avantage de taille : celui du prix. Les produits vendus en vrac sont en moyenne 15% à 20% moins chers que dans les autres magasins de l’enseigne, lorsqu’ils sont vendus déjà conditionnés.

Si le test est concluant, l’enseigne pense mettre en place ce nouveau format de magasin et proposer plus de références en vrac dans ses magasins existants.

Biocoop 21

14 rue du château d’eau, Paris 10e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le MEDEF s’engage pour l’entreprise contributive

    “Vers l’entreprise contributive” : c’est le thème choisi par le MEDEF et l’ORSE pour un colloque qui aura lieu le 25 février prochain. Un thème qui ne doit rien au hasard : le MEDEF a choisi de s’engager sur la

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.