Stress au bureau : le travail, ce n’est pas la santé

  • Publié le: vendredi 11 septembre 2015

Le sujet du stress au travail n’est plus vraiment nouveau, mais il commence à faire l’objet d’études sérieuses pour mieux en cerner les risques. Ainsi des chercheurs de la Harvard Business School et de l’université de Stanford viennent de publier les résultats d’une étude dont le bilan est sans appel : le stress serait aussi dangereux pour la santé que le tabagisme passif.

Les chercheurs pointent particulièrement les effets immédiats du stress sur les organismes : insomnies, troubles alimentaires, hypertension, dépression, irritabilité, maux de tête… Pour eux, la principale source d’angoisse des salariés est de perdre leur emploi. Viennent ensuite la pression trop forte de la hiérarchie, les horaires à rallonge et une mauvaise ambiance entre les collègues.

Il paraît donc urgent de prendre en compte les risques de stress et de mieux former les managers. Car si le stress joue sur la santé des employés, il influe aussi sur leur productivité… ce qui se répercute directement sur l’entreprise. Prendre conscience de l’importance d’un environnement de travail serein, c’est donc encourager la productivité. Une vision qui doit encore faire son chemin dans la culture des entreprises.

Etude complète disponible en ligne (en).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Nouveaux espaces de travail : Spinoza dresse son bilan

    L’Observatoire Spinoza a publié, fin décembre 2019, une grande étude sur les mutations des espaces de travail. L’étude porte sur les espaces aménagés dans les entreprises, mais aussi sur les nouvelles dynamiques sociales qui s’installent au cœur de l’activité professionnelle.

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.