Les cadres RSE émergent en entreprise

  • Publié le: vendredi 11 septembre 2015

Si les entreprises communiquent de plus en plus sur leurs stratégies RSE, la réalité des métiers qui se cachent derrière ces stratégies reste très floue. Pour en savoir plus, le cabinet de recrutement européen Birdeo a confié une étude au sociologue Gilles Hauser.

Les résultats qui ont été publiés dressent le portrait du cadre RSE. C’est la première fois qu’une telle étude est menée, et ses conclusions font état d’une grande diversité : parcours hétéroclites, métiers variés, et pour la majorité des cadres de l’enquête, des intitulés de postes différents. Pour Gilles Hauser, la profession en est encore au stade de l’émergence, ce qui explique qu’il soit impossible de dresser un portrait type.

Quelques points communs émergent tout de même : les cadres RSE sont très diplômes (95% ont un bac +5), ils ont souvent fait un autre métier avant de se spécialiser dans le développement durable par choix. Et si 85% d’entre eux se disent heureux de leur travail, ils remarquent aussi qu’ils sont moins bien rémunérés que les autres cadres, et que les moyens financiers et humains mis à leur disposition demeurent insuffisants. La preuve que le métier doit encore s’imposer au sein de l’entreprise.

Etude complète disponible en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement