L’électricité française devient plus verte

  • Publié le: lundi 11 février 2019

Le gestionnaire de réseau RTE vient de publier le bilan électrique français pour 2018. Bonne nouvelle : l’électricité a bel et bien amorcé sa transition écologique.

Les chiffres du bilan électrique français de 2018 sont particulièrement bons. C’est la première leçon à tirer des chiffres publiés par RTE. Chaque année, le gestionnaire de réseau livre un portrait robot détaillé de la production et de la consommation électrique domestique. En 2018, la consommation nationale est restée stable, ce qui constitue un bon point.

Mais surtout, la production d’électricité verte a progressé, portée par le développement des secteurs éolien et solaires. Ces deux filières vertes ont progressé : l’énergie solaire représente 1,5 GW de plus qu’en 2017, et l’éolien progresse de 0,8 GW. Dans le même temps, la part de l’électricité issue de la filière nucléaire a un peu baissée : elle était de 75% en 2017, elle représente 71,7% pour 2018.

Grâce à la progression des énergies renouvelables dans le mix électrique national, la France a émis moins de CO2 en 2018. Cette tendance devrait connaître une nette accélération dans les trois prochaines années. En effet, la France compte arrêter définitivement ses quatre dernières centrales à charbon d’ici à 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le MEDEF s’engage pour l’entreprise contributive

    “Vers l’entreprise contributive” : c’est le thème choisi par le MEDEF et l’ORSE pour un colloque qui aura lieu le 25 février prochain. Un thème qui ne doit rien au hasard : le MEDEF a choisi de s’engager sur la

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.