Comment les voyages d’affaires ont été impactés par la pandémie

  • Publié le: vendredi 10 septembre 2021

La pandémie de COVID-19 a obligé les sociétés à prendre du recul et à examiner de nouvelles méthodes de travail, développant les outils de connexion à distance et réduisant de facto les voyages d’affaires.

Les travailleurs du monde entier sont fatigués de la « corvée » des voyages d’affaires. C’est une mauvaise nouvelle pour les compagnies aériennes, les hôtels et les centres de conférence qui dépendent de cette activité lucrative.

Dans le secteur du voyage, on sait que les perspectives sont minces pour un retour rapide aux niveaux d’avant la pandémie pour le secteur des voyages d’affaires.

Alors que 58% des personnes interrogées par le secteur se disent désireuses de reprendre les voyages, les réservations ne se rétablissent que progressivement.

L’un des premiers « tests » de l’appétit du monde des affaires pour les rassemblements mondiaux est le salon automobile allemand de Munich de cette semaine, qui a vu de nombreux grands constructeurs automobiles comme Toyota et Land Rover choisir de rester à l’écart.

La compagnie aérienne allemande Lufthansa a néanmoins vu la demande pour ses vols régionaux entre l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et la Belgique bondir de 15% ces dernières semaines, et augmenter de 30% pour les vols en Allemagne, a déclaré le directeur général Carsten Spohr.

Lufthansa organise davantage de vols pour les voyageurs d’affaires en septembre, mais elle ne s’attend qu’à un retour à 90 % des voyages pré-pandémiques à long terme.

Des avantages financiers pour les entreprises

Avant la pandémie, les compagnies aériennes tiraient l’essentiel de leurs bénéfices des voyages d’affaires, car les entreprises sont plus susceptibles de réserver à au dernier moment et à payer plus pour des horaires qui leur conviennent.

Les dépenses américaines en voyages d’affaires ne devraient atteindre que 25 % à 35 % des niveaux de 2019 d’ici le quatrième trimestre 2021, et 65 % à 80 % un an plus tard, selon une enquête de Deloitte menée auprès de 150 gestionnaires de voyages.

Alors que les entreprises regardent vers l’avenir, elles réfléchissent à la manière de conserver certaines des économies de coûts qu’elles ont réalisées“, a déclaré Anthony Jackson, responsable de la pratique aéronautique américaine de Deloitte.

Le PDG du groupe de mode italien Prada, Patrizio Bertelli, a déclaré qu’il pensait « réduire au minimum » les voyages d’affaires, ajoutant que cela représenterait « certainement un gros avantage pour les marges ».

Verdir son activité

Les entreprises cherchent également des moyens de réduire leur empreinte carbone : environ la moitié des personnes interrogées dans l’enquête Deloitte ont déclaré qu’elles prévoyaient d’ajuster leur politique de voyages d’affaires pour réduire leur impact environnemental au cours de la prochaine année.

J’avais l’habitude de prendre l’avion de Dallas à New York pour la journée pour une réunion interne avec trois ou quatre personnes. Je ne vois pas cela revenir très rapidement“, a déclaré Anthony Jackson.

Dans le cadre des mesures climatiques, le Zurich Insurance Group, a annoncé qu’il réduirait de 70 % les voyages en avion par rapport à son niveau d’avant la pandémie à partir de 2022.

La branche conseil de CWT (une des plus grosses compagnies de voyage au monde) aide les entreprises à concevoir des politiques de voyage qui équilibrent les coûts et l’impact environnemental, par exemple en proposant un vol direct plutôt qu’un vol indirect moins cher avec des émissions de carbone plus élevées.

Des rencontres nécessaires dans certaines situations

Pourtant, certains acteurs du secteur déclarent qu’il reste toujours important pour certains gestionnaires de réunir à nouveau leur personnel et les clients, ajoutant que certaines réunions en face-à-face restent meilleures pour le brainstorming et la résolution des tensions entre le personnel.

Selon l’enquête de Deloitte, la rencontre avec les clients est considérée comme la principale raison de reprendre les voyages, tandis que les réunions et la formation internes sont plus susceptibles de rester en ligne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Les banques européennes à la traîne en matière de durabilité

    Les banques européennes se montrent lentes à agir en matière de durabilité et n’ont qu’une compréhension limitée de leur exposition aux risques environnementaux, sociaux et liés à la gouvernance, a montré un rapport pour la Commission européenne du gestionnaire d’actifs

le Coin ESS