Nouveau parc éolien offshore pour les Pays-Bas

  • Publié le: mercredi 10 mai 2017

Alors que l’avenir de l’accord de Paris est de plus en plus incertain au regard de la nouvelle politique énergétique des Etats-Unis, d’autres pays continuent de suivre le cap de la transition énergétique. C’est notamment le cas des Pays-Bas : le pays vient d’inaugurer cette semaine son nouveau parc éolien offshore.

Contrairement à l’éolien terrestre, le développement de l’éolien offshore a pris un peu de retard car trop peu de pays investissent dans cette technologie. Pour les Pays-Bas qui rencontrent des difficultés du fait du manque de place sur leur sol, l’idée d’un parc éolien offshore s’est au contraire imposée comme une solution idéale afin de développer les énergies renouvelables. Cette semaine, hier, le pays a ainsi inauguré le parc éolien Gemini. Situé à 85 km de la côte, il se compose de 150 turbines d’une puissance cumulée de 600 mégawatts. Une fois la production complètement lancée, le parc éolien offshore devrait produire 2,6 TWh par an, ce qui permettra de fournir de l’énergie à près de 1,5 millions d’habitants.

Ce nouveau parc éolien Gemini est l’un des plus grands parcs éoliens offshore construit dans le monde. Avec cette nouvelle source de production, les Pays-Bas espèrent augmenter drastiquement la part de renouvelables dans leur mix énergétique. Le parc Gemini devrait permettre à lui seul de produire l’équivalent de 13% des besoins en électricité. Dans le même temps, il permettra d’améliorer considérablement le bilan carbone du pays en réduisant les émissions annuelles de CO2 de près de 1,25 million de tonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Au Portugal, les livreurs de repas seront désormais salariés

    Le Portugal oblige désormais les plates-formes de commandes de repas en ligne telles qu’Uber et Glovo à proposer à certains de leurs livreurs des contrats et des avantages formels, devenant ainsi le dernier pays européen à s’attaquer cette économie très

le Coin ESS