La démocratie mondiale décline pour la 16e année, selon l’indice annuel

  • Publié le: jeudi 10 mars 2022

La liberté dans le monde a décliné en 2021 pour la 16e année consécutive, selon un rapport annuel de Freedom House, qui avertit que des pays comme la Chine et la Russie exportent l’autoritarisme.

« Les dirigeants de la Chine, de la Russie et d’autres dictatures ont réussi à modifier les incitations mondiales, mettant en péril le consensus selon lequel la démocratie est la seule voie viable vers la prospérité et la sécurité, tout en encourageant des approches plus autoritaires de la gouvernance« , indique le rapport.

Les régimes non démocratiques deviennent encore plus antidémocratiques à mesure qu’ils plient les institutions à leur volonté et diffusent ce modèle à l’étranger, écrivent les auteurs.

Il en va de même pour les démocraties établies comme les États-Unis, où « les forces internes ont exploité les lacunes de leurs systèmes, déformant la politique nationale pour promouvoir la haine, la violence et un pouvoir débridé« .

Selon l’indice, 38% de la population mondiale réside dans des pays « non libres », le pourcentage le plus élevé depuis 1997, contre 20% vivant dans des pays « libres » et 42% dans des pays « partiellement libres ».

Parmi les bonnes nouvelles, on retrouve l’Equateur, qui est passé dans la colonne « libre » après une transition présidentielle en douceur ; le Chili, où la démocratie est restée ferme et s’est sans doute approfondie au milieu des bouleversements sociaux ; et la Côte d’Ivoire, qui a tenu des élections parlementaires relativement libres au printemps dernier.

La Finlande, la Norvège et la Suède sont les pays les plus libres. L’Érythrée, la Corée du Nord, le Soudan du Sud, la Syrie et le Turkménistan sont les moins libres.

Les autocraties moins isolées que précédemment

Parmi les tendances phares, on peut noter que les dirigeants de certains systèmes à tendance autoritaire ne ressentent plus le besoin d’un « vernis » de démocratie, écrivent les auteurs, notant les élections « farfelues » de l’année dernière au Nicaragua et en Russie.

Il y a eu une vague de coups d’État en 2021, notamment au Myanmar (Birmanie), au Soudan et dans plusieurs États d’Afrique de l’Ouest.

Certains dirigeants de démocraties, comme l’ancien président Donald Trump aux États-Unis et le président Jair Bolsonaro au Brésil, « ont commencé à semer la méfiance dans les élections » lorsqu’ils risquaient de perdre le pouvoir, note le rapport.

« Les pays qui ont lutté dans l’espace entre la démocratie et l’autoritarisme penchent de plus en plus vers ce dernier« , écrivent les auteurs. Les classements « partiellement libres » incluent l’Inde, qui a vu ses notes chuter pour la quatrième année consécutive.

« Les dirigeants autoritaires ne sont plus des résistants isolés dans un monde en voie de démocratisation. »

« Au lieu de cela, ils collaborent activement les uns avec les autres pour répandre de nouvelles formes de répression et repousser la pression démocratique », affirment les auteurs, citant les rôles que la Chine et la Russie ont joués pour soutenir des régimes défaillants en Biélorussie, au Myanmar et au Venezuela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS