La Grande Démission engendre une guerre des talents. Qui la gagnera ?

  • Publié le: lundi 10 janvier 2022

Un nouveau rapport soutient que les entreprises doivent changer la façon dont elles perçoivent les travailleurs pour rivaliser dans la guerre des talents.

La pandémie de coronavirus a provoqué le plus grand remaniement des travailleurs de l’histoire moderne et, ce faisant, a radicalement modifié l’équilibre des pouvoirs du capital au travail, selon un nouveau rapport.

L’enquête Bain/Dynata intitulée The Working Future: More Human, Not Less a porté sur 20 000 travailleurs dans 10 pays — les États-Unis, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Japon, la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Indonésie et le Nigéria — représentant environ 65 % du produit intérieur brut (PIB) mondial.

L’enquête, qui a examiné l’évolution du travail entre février 2020 et février 2021, souligne que la relation auparavant entretenue entre les travailleurs et les entreprises s’est forgée dans un monde assez différent de celui dans lequel nous vivons aujourd’hui.

« Une année de recherche approfondie nous a aidés à définir les implications plus larges de l’avenir du travail et les mesures que les entreprises doivent prendre dès maintenant pour avancer dans la guerre changeante des talents », conclut le rapport.

Aux États-Unis, les travailleurs sont de plus en plus confiants quant à leurs perspectives d’emploi. L’organisation, la syndicalisation et la protestation contre les conditions des travailleurs sont devenues un véritable phénomène ces derniers mois. Les employés sont encouragés à affronter de grandes entreprises telles que Starbucks et le fabricant de céréales Kellogg.

Les données soulignent le changement d’équilibre des pouvoirs. Quelque 4,2 millions d’Américains ont quitté leur emploi en octobre et 4,4 millions en septembre. Le phénomène a été surnommé par les économistes comme la « Grande Démission ».

Coup de poing : et maintenant ?

Qu’est-ce qui motive la Grande Démission ? Les facteurs varient de la peur de contracter la COVID-19, aux problèmes de garde d’enfants, ainsi que des baby-boomers qui prennent une retraite anticipée, aux travailleurs qui exploitent leur esprit d’entrepreneur pour créer leur propre entreprise.

Les travailleurs se sont retrouvés dans une excellente position de négociation – et cet effet de levier est évident dans les gains horaires moyens, qui ont augmenté de 4,8 % en novembre par rapport à la même période il y a un an, selon le département américain du Travail.

« Plus que de simples intrants, les travailleurs sont les éléments constitutifs atomiques de l’entreprise moderne. Pourtant, notre compréhension des travailleurs – leurs espoirs et leurs désirs, leur potentiel inexploité, leur état émotionnel – est souvent superficielle », indique l’enquête Bain/Dynata.

Des millions d’Américains ont utilisé la perturbation du marché du travail et le bouleversement sans précédent de la vie quotidienne causés par la crise de la COVID-19 comme une opportunité de réévaluer ce qu’ils attendent de la vie et comment leur travail peut atteindre ces objectifs.

Un changement de perception du travail

Le rapport Bain/Dynata a également constaté que les motivations pour le travail ont considérablement changé. De nos jours, moins de travailleurs sont aveuglés par l’argent. Selon l’enquête, alors que 56 % des personnes interrogées ont cité la rémunération dans leurs trois premières priorités, seulement 22 % des travailleurs ont classé un bon salaire et des avantages sociaux comme ce qui compte le plus pour eux dans un emploi.

Les progrès réalisés dans le niveau de vie, du moins dans les pays développés, signifient que les travailleurs augmentent leurs attentes quant à ce qu’un emploi devrait fournir. L’image morne d’un travailleur malheureux pointant l’horloge, se rendant au travail de neuf heures à 17 heures sans cœur ni âme dans ses tâches quotidiennes, peut ne plus être considérée comme un mode de vie acceptable.

Équilibre vie professionnelle-vie privée : la guerre des talents

Quelque 58% des 10 000 travailleurs interrogés par Bain/Dynata ont déclaré que la pandémie les avait obligés à repenser leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les travailleurs sont devenus plus réticents à conserver des emplois qu’ils jugent inadaptés à leurs nouveaux objectifs et ambitions. Les entreprises ont donc du mal à pourvoir des postes et à fonctionner à pleine capacité.

Et il est peu probable que le problème disparaisse de sitôt. Les données montrent que les travailleurs américains n’ont pas peur de dire à leurs patrons « je démissionne ».

De plus, les jeunes générations, en particulier dans les économies avancées, subissent une pression croissante et une tension psychologique croissante qui se répercute sur leur vie professionnelle. La recherche d’un équilibre travail-vie ne fera que s’intensifier, selon le rapport.

Une nécessaire humanisation des travailleurs

Bain/Dynata affirme que l’humanisation des travailleurs peut aider les entreprises à rester dans la lutte pour les talents. Cela signifie investir dans les employés, leur proposer des programmes d’apprentissage et de formation, leur faciliter les évolutions latérales dans leur carrière et cultiver une mentalité de gagnant au sein de l’organisation.

Cela signifie aussi le respect. La façon dont les managers, les cadres et les chefs d’entreprise voient le travail et les employés doit évoluer, soutient Bain/Dynata. Les entreprises doivent cesser de gérer les travailleurs comme des machines et plutôt les aider à développer leurs capacités personnelles et à créer une carrière qui correspond mieux à leur idée d’une vie épanouissante – et non à cette image en noir et blanc morne et sans âme.

Oui, les employés ont un travail à faire, mais les managers ont également la nouvelle responsabilité d’aider les travailleurs à utiliser leurs compétences et leurs talents.

Une organisation ou une entreprise qui veut gagner devra essentiellement adopter un environnement d’appartenance et d’opportunités pour les travailleurs. Une vision partagée et une valeur commune s soutenu et promu par la direction de l’entreprise sera la clé du moral et de la fidélisation des personnes qui font tourner les roues.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS