Est-ce que le travail de demain se fera de nouveau en présentiel ?

  • Publié le: vendredi 9 décembre 2022

Les employeurs ont largement sollicité un retour au bureau à leurs salariés, tandis que ces derniers exigent de la flexibilité, créant une lutte qui n’a pas encore été résolue à l’approche de la fin de 2022.

Les arrangements hybrides, où les travailleurs se rendent au bureau une partie de la semaine, ont été largement acceptés comme compromis. Mais de nombreux salariés résistent, même si certaines entreprises exigent un retour à temps plein.

À l’échelle mondiale, l’immobilier de bureau évolue vers des baux plus courts et des configurations de travail flexibles, selon un rapport de JPMorgan Chase en septembre. 

À New York par exemple, alors que plus de nouvelles entreprises ont ouvert au cours de l’année écoulée qu’il n’en a été perdu pendant la pandémie, leur répartition géographique a changé, a déclaré Kathryn Wylde, directrice générale du Partnership for New York City. Manhattan, où se trouvent la majeure partie des bureaux, a perdu des entreprises, tandis que des quartiers comme le Queens et Brooklyn, où vivent de nombreuses personnes, en ont gagné.

Ainsi, l’évolution du lieu de travail est en jeu. Il pourrait déterminer si certaines personnes qui ont quitté le marché du travail pendant la pandémie reviennent. Cela, à son tour, pourrait avoir un impact sur les pénuries de main-d’œuvre qui affectent de nombreuses économies et secteurs.

Pour les employeurs, le modèle qu’ils choisiraient déterminerait leur attrait pour les salariés, en particulier les jeunes générations qui exigent plus de flexibilité et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Alors que les entreprises pourraient économiser sur l’immobilier, le travail hybride pourrait entraîner d’autres coûts, des soucis de perte de productivité et de collaboration au mentorat et à la culture de l’organisation. Dans les secteurs réglementés tels que la finance, les environnements distants pourraient également nuire à la conformité.

La nature du lieu de travail pourrait également exacerber les inégalités révélées par la pandémie : les minorités raciales et ethniques étaient surreprésentées dans les tâches de première ligne où le travail à distance n’était pas possible et faisaient face à un risque sanitaire plus élevé. Peu de choses ont changé pour eux.

Un rapport de Microsoft en septembre a indiqué que le nombre de réunions par semaine avait augmenté de 153 % dans le monde pour l’utilisateur moyen de Teams depuis le début de la pandémie – et 42 % des travailleurs effectuaient plusieurs tâches lors de ces réunions. Pourtant, 85 % des dirigeants interrogés estimaient qu’ils n’avaient pas confiance dans la productivité de leurs salariés dans un cadre de travail hybride.

L’année à venir pourrait déterminer qui aura le dessus pour déterminer à quoi ressemblera le travail à l’avenir. Une économie en plein essor et des pénuries de main-d’œuvre ont permis aux travailleurs de s’exprimer davantage; une récession pourrait avoir l’effet inverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Nativiz valorise les initiatives RSE des entreprises

    La RSE (responsabilité sociétale des entreprises) est aujourd’hui un incontournable en France. En intégrant cette démarche au cœur de leurs activités, les entreprises contribuent aux enjeux du développement durable, tout en renforçant leur image institutionnelle. Bon nombre d’entreprises ont toutefois

le Coin ESS