Nicolas Hulot : l’engagement 2.0

  • Publié le: vendredi 9 octobre 2015

La vidéo s’appelle « Break the internet » et elle fait déjà le buzz, deux jours seulement après sa mise en ligne. Nicolas Hulot s’y met en scène pour mobiliser le grand public à l’approche de la COP21 et demande à tous de signer la pétition de sa fondation.

C’est parce que les problèmes climatiques sont souvent dilués dans le flot des informations quotidiennes que Nicolas Hulot a décidé d’agir. Et pour faire comprendre l’urgence de la situation, il a opté pour un moyen de communication moderne, Youtube, en s’entourant de professionnels, le collectif Golden Moustache. Ces auteurs et comédiens bénévoles ont eu l’idée de mettre l’ancien présentateur en scène dans une série de sketchs décalés. Leur but ? Faire rire et réfléchir. En ciblant un public plus jeune, Nicolas Hulot a réussi à rendre virale sa vidéo et espère augmenter le nombre de signataires de sa pétition pour interpeller les dirigeants mondiaux.

La pétition sera remise à François Hollande, et Nicolas Hulot invite chacun à venir participer à la grande manifestation citoyenne prévue le 29 novembre à Paris. Un préambule au sommet de la COP21 pour montrer que la question climatique est aussi un défi citoyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly