Formations professionnelles : des contrôles de qualité pour une meilleure transparence

  • Publié le: mercredi 9 septembre 2015

Depuis janvier 2015 et la mise en place du Compte personnel de formation, la formation professionnelle est devenue l’un des enjeux principaux pour accompagner les travailleurs dans leurs évolutions de carrière. Une nouvelle étape a été franchie avec l’entrée en vigueur d’un décret, le 30 juin dernier, qui vise à contrôler la qualité des formations dispensées.

Le constat est le suivant : face à une très large offre de services, les salariés ou demandeurs d’emploi ont parfois du mal à s’y retrouver. Le risque est d’opter pour une formation chère mais insuffisante en terme de qualité. L’objectif du gouvernement est donc d’apporter une plus grande transparence à ce secteur en demandant aux organismes qui financent les formations de s’assurer de leur qualité grâce à une liste de critères.

Pour s’assurer de leur respect, les organismes pourront effectuer des contrôles par eux-mêmes ou bien s’en remettre aux labels de qualité qui existent déjà (comme les normes ISO et ISQ). Dans le même temps, le gouvernement a chargé le Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelle de dresser la liste des labels qui serviront de référence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.