Origine de la viande : un manque de transparence accablant

  • Publié le: mardi 9 février 2016

L’UFC-Que Choisir a publié hier une étude qui pointe le doigt sur le manque flagrant de transparence quant il s’agit de l’origine de la viande dans les produits transformés.

Le scandale des lasagnes à la viande de cheval est encore présent dans les mémoires des consommateurs… et pourtant les étiquetages des produits alimentaires ne sont pas plus transparents. C’est le constat que vient de faire l’UFC-Que Choisir en publiant une grande enquête qui a porté sur l’origine de la viande dans les produits transformés. L’association a ainsi passé au crible 245 produits, treize marques nationales et sept enseignes de distribution. Au global, le chiffre est très mauvais : 54% des produits transformés n’affichent pas l’origine de la viande qu’ils contiennent.

L’étude montre que les produits à base de bœuf sont légèrement plus transparents que ceux à base de porc ou de poulet : 70% des produits à base de bœuf portent la mention du pays d’origine de la viande, alors que 74% des produits à base de poulet et 54% des produits à base de porc ne présentent aucune information. Parmi les mauvais élèves, l’UFC-Que Choisir a particulièrement pointé du doigt les marques Sodebo, Daunat et Père Dodu, ainsi que les enseignes Leader Price et Casino.

A l’heure actuelle, aucune législation n’existe pour contraindre les industriels à afficher toutes ces informations. Pourtant de telles informations permettraient aux consommateurs de mieux savoir ce qu’il achète réellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly