Déforestation : Greenpeace met la forêt amazonienne sous surveillance électronique

  • Publié le: mardi 8 septembre 2015

Depuis l’été dernier, Greenpeace a déployé un système unique et innovant afin de soutenir les Indiens Ka’apors dans la défense de la forêt amazonienne. Ce peuple de la réserve indigène Alto Turiaçu, au nord-est du Brésil, lutte depuis des années pour préserver son espace de vie menacé par l’exploitation et la destruction de la forêt.

Afin de faire fuir les bûcherons qui viennent illégalement abattre des arbres, les Ka’apors se sont mobilisés depuis 2013 en patrouillant dans la forêt : une initiative qui s’est soldée par des blessés et plusieurs morts. Greenpeace a donc décidé d’aider la tribu en déployant dans leur forêt des capteurs de mouvements, des caméras thermiques ainsi qu’un dispositif de localisation électronique pour suivre les trajets des camions qui transportent le bois volé.

Si ce programme ne sera pas suffisant pour stopper l’exploitation forestière illégale, il permettra au moins aux Ka’apors de collecter des informations cruciales qui, peut-être, amèneront les autorités brésiliennes à agir pour protéger les territoires menacés. Greenpeace en a profité pour rappeler aux consommateurs qu’il est plus que jamais crucial de vérifier la provenance du bois afin de ne pas encourager un système qui tend à détruire la forêt amazonienne.

Source : site officiel de Greenpeace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement