Adopte une friche : le projet qui offre une seconde vie aux terrains abandonnés

  • Publié le: mardi 8 septembre 2015

Le nom fait sourire, mais derrière son intitulé jovial, « Adopte une friche » est un site on ne peut plus sérieux dont l’objectif est simple : révéler le potentiel de terrains ou bâtiments abandonnés pour leur offrir une seconde vie.

Au départ de ce projet original, il y a un constat simple : l’ADEME estime qu’il existe entre 200 000 et 300 000 friches industrielles sur l’ensemble du territoire français. Autant d’espaces inutilisés et non entretenus qui se désagrègent dans l’indifférence générale. Sur le même principe que le site de rencontre dont elle tire son nom, la plateforme « Adopte une friche » met donc en relation les propriétaires des terrains avec ceux qui souhaitent les louer.

Pour chacune des parties le projet offre des avantages : les propriétaires trouvent facilement des locataires qui prendront soin de leur terrain (et permettront par conséquent de lui redonner un peu de valeur), et les entreprises ou associations peuvent espérer trouver un lieu pour un coût de location moins élevé que sur le marché classique. L’occasion de faire rimer rentabilisation de l’espace avec embellissement de la ville.

Source : Rapport de l’ADEME sur les friches industrielles en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement