L’atout de l’IA pour le secteur du recyclage

  • Publié le: mercredi 8 juillet 2020

Lorsque la Chine a restreint l’importation de déchets recyclables en 2018, de nombreuses entreprises occidentales se sont tournées vers les technologies robotiques pour renforcer leurs capacités de traitement.

« L’interdiction a révélé la vulnérabilité des infrastructures actuelles de recyclage », explique Chris Wirth, vice-président du marketing et du développement commercial d’AMP Robotics, une société d’intelligence artificielle de recyclage industriel basée à Denver, aux Etats-Unis.

Pour recycler d’une manière rentable, complète et sûre, les déchets doivent être décomposés pour être revendus, à travers un processus extrêmement pointilleux.

Les sociétés de robotique estiment que la vision par ordinateur, les réseaux de neurones et la robotique modulaire peuvent permettre une approche plus intelligente et flexible du recyclage. La robotique compatible avec l’intelligence artificielle (IA) peut identifier les éléments en fonction d’indices visuels tels que les logos, la couleur, la forme et la texture, puis les trier et les décomposer.

Le robot pourrait par exemple repérer un logo Nestlé représentant une vache et supposer qu’il s’agit d’un produit laitier. De tels systèmes excellent à identifier les petits articles, tels que les dosettes de café utilisées dans les machines Nespresso, qui, bien que techniquement recyclables, ne sont pas toujours recyclées. « Vous pouvez catégoriser et sous-catégoriser, et la robotique devient plus intelligente grâce à l’intelligence artificielle », explique M. Wirth.

Un tri et un désassemblage des déchets plus performant

Actuellement, les déchets se déplacent généralement le long d’un tapis roulant où ils sont triés et tamisés par une combinaison de machines et de salariés.

Cette tâche est jugée dangereuse pour le personnel, qui est amenée à tout trier, des seringues aux carcasses d’animaux, des couches usagées aux bombes explosives au propane.

Les machines sont généralement capables de trier les articles prêts à recycler mais pas de décomposer les produits. Les tasses de café et les pots de yaourt standards ne contiennent que certains éléments recyclables, sans moyen facile de les désagréger.

AMP Robotics, qui opère aux États-Unis, au Canada, au Japon et bientôt en Europe, installe ses technologies sur des machines existantes pour minimiser le besoin de grands changements d’infrastructure. Elle installe également des systèmes de vision qui fournissent des analyses de données qui aident les installations à suivre le traitement des matériaux et les niveaux de pureté.

Le démontage des produits deviendra de plus en plus important pour le secteur du recyclage, car de plus en plus de déchets sont électroniques, tels que les smartphones, les tablettes, les appareils ménagers numériques et les véhicules électriques. Ceux-ci contiennent des matériaux souvent précieux tels que l’or, l’argent, le platine et le cobalt.

Shahin Rahimifard, professeur d’ingénierie durable à l’Université de Loughborough au Royaume-Uni voit le secteur automobile comme un objectif privilégié pour plus de recyclage, car les voitures disposent de toujours plus d’électronique et les véhicules électriques contiennent des matières premières de plus grande valeur.

« Notre façon actuelle de recycler les voitures se concentre sur l’extraction de trois métaux de base – l’acier, le cuivre et l’aluminium – qui représentent environ 60% de la valeur », dit-il. « Dans les voitures électriques, la plus grande partie de la valeur sera constituée par les métaux précieux comme l’or et le platine qui, en poids, ne pourraient représenter que quatre ou cinq pour cent. Donc, nous passons de 60% du poids à 80% de la valeur recyclée à plus de 4%. »

Un atout pour l’emploi

L’équipe du professeur Rahimifard met au point un désassembleur robotique capable de faire face à ce changement fondamental dans l’économie du recyclage.

Les experts espèrent que cette combinaison d’efficacité basée sur l’automatisation et la capacité d’extraire les matériaux les plus précieux trouvés dans nos déchets numériques pourraient aider l’industrie du recyclage à gérer et à recycler davantage de nos déchets.

L’automatisation alimente souvent l’inquiétude face au chômage de masse, mais le secteur du recyclage a du mal à trouver suffisamment de travailleurs. L’industrie des déchets et du recyclage a souffert de pénuries de main-d’œuvre ces dernières années.

« Cette technologie crée une main-d’œuvre durable pour les emplois qui ne sont pas pourvus », explique M. Wirth. « Ce sont les types de tâches ennuyeuses, sales et dangereuses pour lesquelles la robotique et l’IA sont parfaites. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces