La centrale nucléaire de Fessenheim bientôt reconvertie en usine automobile ?

  • Publié le: vendredi 8 avril 2016

Pour pallier à la cessation de l’activité nucléaire sur le site de Fessenheim, en Alsace, Ségolène Royal propose un projet de reconversion ambitieux et espère convaincre un constructeur de voitures américain de venir y installer son usine.

La centrale nucléaire de Fessenheim est, depuis plusieurs mois, au centre des préoccupations de la ministre de l’écologie, Ségolène Royal. Car avec la fermeture programmée du site, ce sont quelques 2 000 emplois qui sont en péril. Pour remédier au problème, la ministre a dévoile un plan de reconversion des salariés et de transformation du site. Fessenheim pourrait être modifiée pour devenir une usine automobile et ses employés seraient ainsi assurés de garder une activité. Pour concrétiser le projet, Ségolène Royal n’attend plus que l’accord d’un groupe américain.

La ministre s’est déjà exprimée publiquement en affirmant que le site conviendrait parfaitement pour Tesla, la marque de véhicules électriques haut de gamme. L’entreprise a le vent en poupe et ses ventes ne cessent d’augmenter. Elon Musk, le patron et fondateur de Tesla, a déjà évoqué la nécessité pour son entreprise d’installer une usine en Europe afin de couvrir les besoins de production. Une usine en Alsace serait un placement judicieux à un carrefour marchand de l’Europe.

Ségolène Royal et Emmanuel Macron travaillent actuellement sur ce projet et une rencontre est prévue avec les dirigeants de Tesla dans les prochains jours pour discuter de ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly