Les femmes dirigeantes mises à l’écart des organisations multilatérales

  • Publié le: mercredi 8 mars 2023

Les femmes n’occupent que 12% des postes de direction dans 33 des plus grandes institutions multilatérales depuis 1945, et plus d’un tiers de ces organismes, y compris les quatre grandes banques de développement, n’ont jamais été dirigés par une femme, selon une nouvelle étude publiée le 6 mars.

Selon le rapport préparé par GWL Voices for Change and Inclusion, un groupe de défense composé de 62 dirigeantes actuelles et anciennes.

L’étude, qui doit être publiée lors de la réunion de cette semaine de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme, appelle à une représentation proportionnelle des femmes à tous les niveaux des organisations multilatérales, des bureaux extérieurs au siège, ainsi que dans les secrétariats et les organes directeurs.

« La vérité est que les chiffres comptent« , a déclaré Maria Fernanda Espinosa, ancienne ministre des Affaires étrangères équatorienne qui a été présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies de 2018 à 2019.

« Nous représentons 50% de la population mondiale, donc c’est une question de justice démographique, pour commencer« , a-t-elle déclaré dans une interview datant du 3 mars. « Mais je crois aussi que les femmes apportent cette combinaison de leadership, de sagesse et d’empathie, et parfois, une compréhension encore plus grande de ce qui se passe dans le monde. »

Depuis 1945, les 33 institutions étudiées ont eu 382 dirigeants, mais seulement 47 étaient des femmes, indique le rapport. Et malgré les progrès récents, seulement un tiers des institutions sont actuellement dirigées par des femmes.

GWL Voices a déclaré qu’il publierait une version plus complète du rapport en septembre, qui examinerait également les équipes de direction et les organes directeurs des 33 institutions. Il a déclaré qu’il faisait pression pour des réformes de gouvernance qui pourraient « accélérer la transition vers un leadership équilibré entre les sexes« .

Le rapport énumère 13 institutions qui n’ont jamais été dirigées par une femme depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque la plupart de ces organismes ont été créés, dont la Banque mondiale, les Nations Unies, l’Organisation internationale de l’énergie atomique et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Maria Fernanda Espinosa a déclaré qu’il était décevant que les États-Unis, qui sont le principal actionnaire de la Banque mondiale et qui ont toujours choisi son président, aient nommé le mois dernier un homme, l’ancien directeur général de Mastercard, Ajay Banga, pour le poste, malgré les appels urgents de son groupe et d’autres États membres de la Banque mondiale à choisir une femme dirigeante.

Elle soutient par exemple le fait d’avoir quelqu’un comme Ajay Banga, qui est né et a fait ses études en Inde et y a passé une grande partie de son début de carrière, à la tête de la Banque mondiale, mais il y avait des centaines de femmes ayant des antécédents et des qualifications similaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.