Bientôt la location de meubles chez IKEA ?

  • Publié le: mardi 8 janvier 2019

Le géant suédois du meuble Ikea souhaite expérimenter la location et le rachat de mobilier afin de répondre aux exigences des clients en matière de développement durable. Cela permettrait également à Ikea de traiter les meubles usagés de manière durable.

En janvier dernier, lors du Forum économique mondial qui s’est tenu à Davos, en Suisse, le directeur général d’IKEA, Jesper Brodin, a reçu le prix de l’économie circulaire que la société a remporté pour son travail en faveur d’une utilisation durable des ressources.

Une partie de cette initiative durable consiste à tester un programme de rachat et de location de meubles visant à réduire la consommation de meubles. En contrepartie, le client « circulaire » reçoit une incitation économique.

Vers une économie du partage

Selon Kajsa Nilsson d’IKEA Suède, la direction d’IKEA est « circulaire dans tous les aspects : développement de produits, achat de matériaux, développement de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique. Nous impliquons également nos clients en testant des initiatives visant à reprendre, réparer et redonner une deuxième vie aux produits grâce à la revente. Nous avons beaucoup appris et nous développons désormais nos offres sur la base des commentaires des clients, notamment en explorant de nouveaux modèles commerciaux. »

La direction part du postulat que l’économie de partage est devenue une partie intégrante de la société actuelle et estime qu’il est judicieux de tirer parti de l’utilisation de la connaissance de leurs clients.

« Nous n’en sommes qu’au début, mais devenir circulaire est une formidable opportunité d’innover et de trouver de nouvelles façons de répondre aux besoins et aux rêves des gens chez eux, en tenant compte des limites de la planète », déclare Kajsa Nilsson.

IKEA veut passer d’une économie linéaire à une économie circulaire

Le principal détaillant suédois de produits pour la maison teste actuellement au Japon un programme de rachat de meubles qui permet aux clients de revendre des meubles usagés au lieu de s’en débarrasser.

Par ailleurs, un programme de location expérimental permettra de rendre le mobilier plus abordable et pratique pour ceux qui craignent de voir leurs gouts évoluer ou tout simplement qui ne veulent pas se soucier de déménager leurs meubles d’un endroit à l’autre.

Selon Jesper Brodin « si les dernières décennies étaient axées sur le consumérisme de masse, nous nous dirigeons maintenant vers la circularité de masse», soulignant ainsi la nécessité d’une économie plus « circulaire» pouvant remplacer la relation linéaire plus traditionnelle entre les entreprises et les clients.

IKEA envisagerait également d’autres approches en matière de développement durable, notamment la création des meubles écologiques fabriqués à partir d’un matériau à base de fibre de cellulose, bien qu’aucun détail particulier n’ait été discuté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Handicap : une discrimination à l’embauche comme une autre ?

    Alors que l’État français effectue des tests à l’embauche à l’échelle nationale, le handicap figure désormais en tête des discriminations en France. Malgré les lois successives, les personnes en situation de handicap s’intègrent beaucoup moins bien que les autres dans

le Coin ESS

  • La France passe son Grey Day le 23 mars

    Aujourd’hui le 23 mars, c’est le Grey Day français. Le jour où l’Hexagone a épuisé sa production annuelle d’énergies vertes. D’après les chiffres publiés par RTE en 2018, la France est parvenue à couvrir 18,4% de ses besoins énergétiques avec