L’ONU s’interroge sur l’ajout d’une clause environnementale à la liste des droits de l’Homme

  • Publié le: jeudi 7 octobre 2021

La Grande-Bretagne et les États-Unis font partie des quelques pays qui refusent de soutenir une proposition présentée aux Nations Unies qui reconnaîtrait l’accès à un environnement sûr et sain comme un droit humain, suscitant des critiques selon lesquelles ils sapent leurs propres engagements avant la conférence sur le climat de Glasgow.

Selon des diplomates, le Conseil des droits de l’homme devrait adopter la résolution cette semaine même si la mesure ne fait pas l’unanimité, car à l’inverse ses partisans sont nombreux et comprennent le Costa Rica, les Maldives et la Suisse.

Si elle est adoptée, les défenseurs de l’environnement affirment qu’ils feront pression sur les pays pour qu’ils rejoignent les plus de 100 nations qui reconnaissent déjà un droit légal à un environnement sain. Et bien que la résolution ne soit pas contraignante, les avocats affirment qu’elle façonnera les normes et aidera les militants à développer des arguments dans les affaires climatiques.

L’Organisation mondiale de la santé estime qu’environ 13,7 millions de décès par an, soit environ 24,3 % du total, sont dus à des risques environnementaux tels que la pollution de l’air et l’exposition aux produits chimiques.

« Au niveau national, il a été démontré que ce droit permet aux personnes, en particulier les plus vulnérables aux dommages environnementaux ou au changement climatique, de conduire le changement et de demander des comptes aux gouvernements », a déclaré Marc Limon du groupe de réflexion Universal Rights Group.

« Cela pourrait expliquer pourquoi certains gouvernements comme les États-Unis, la Russie et le Royaume-Uni ne l’aiment pas. »

Le Royaume-Uni vivement critiqué

Les observateurs ont critiqué la position de Londres en tant qu’hôte de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) qui se tiendra à Glasgow le mois prochain.

« Le leadership climatique doit se refléter dans les engagements diplomatiques – il ne s’agit pas seulement d’accueillir la COP », a déclaré Sébastien Duyck, directeur de campagne sur les droits de l’homme et le changement climatique au Center for International Environmental Law.

« Le Royaume-Uni doit rejoindre l’écrasante majorité des pays en faveur de cette résolution afin d’éviter de saper sa position », a-t-il ajouté.

Yasmine Ahmed, directrice britannique de Human Rights Watch, a déclaré qu’elle espérait que la Grande-Bretagne « reviendrait à la raison » parce que la résolution est soutenue par « de nombreux pays plus vulnérables au changement climatique, les pays que (le Premier ministre Boris) Johnson s’est engagé à soutenir ».

« Le leadership du Royaume-Uni en matière d’action climatique est bien documenté et nos efforts sont actuellement concentrés sur une COP26 réussie à Glasgow », a déclaré un porte-parole de la mission britannique à Genève.

A Washington, on hésite historiquement à ajouter de nouveaux droits

« Bien que nous ayons des inquiétudes juridiques quant à la reconnaissance d’un droit à un environnement sûr et sain de cette manière, nous continuons à nous engager de manière constructive avec les principaux auteurs de cette résolution au Conseil des droits de l’homme. »

Lors des discussions sur cette résolution, Washington a également évoqué des préoccupations juridiques ainsi que des craintes que la reconnaissance de nouveaux droits ne dilue les droits civils et politiques traditionnels, selon des sources à la suite des pourparlers.

Les États-Unis ne sont pas actuellement membre du Conseil mais sont en lice pour un siège et peuvent toujours participer aux débats en tant qu’observateur.

Alors que le manque de soutien américain se heurte à la promesse de l’administration du président Joe Biden de jouer un rôle de leader mondial sur le changement climatique, Washington a historiquement toujours hésité à ajouter de nouveaux droits et a tendance à éviter les traités juridiquement contraignants qui pourraient être difficiles à ratifier.

Le Brésil et la Russie sont opposés à la résolution qui, selon eux, doit être amendée, selon des sources à la suite des pourparlers.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS