Les sites naturels de l’UNESCO sont en danger

  • Publié le: jeudi 7 avril 2016

Un nouveau rapport dévoilé hier par WWF fait part de la situation d’urgence dans laquelle se trouvent la moitié des sites naturels classés au patrimoine de l’UNESCO, menacés par les activités industrielles.

Ce n’est pas la première fois que l’ONG WWF se penche sur le cas des sites naturels, mais cette fois le nombre de lieux menacés est nettement en hausse. Sur les 229 sites naturels qui ont été classés au patrimoine de l’UNESCO, 114 sont effectivement menacés par les activités économiques. C’est principalement l’exploitation des différentes ressources qui est une menace : exploitation forestière, exploitation de gisements de pétrole, de charbon, de gaz… Mais l’ONG note aussi que les infrastructures construites, notamment pour le tourisme, mettent en péril certains sites.

Selon le rapport, le danger affiché se chiffre en vies humaines. Rien qu’en Afrique, où 30 sites sont menacés, ce sont plus de 1 780 000 vies qui sont impactées. Idem en Asie orientale et pacifique : 30 sites menacés mettent en danger 7 millions de vies humaines. L’ONG rappelle qu’il est crucial que les entreprises qui exploitent ces sites changent leur politique et mettent en œuvre des solutions de préservation sur le long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly