La troisième vague de protestations contre les retraites françaises maintient la pression sur Macron

  • Publié le: mardi 7 février 2023

Les transports publics, les écoles et l’approvisionnement des raffineries en France ont été perturbés le 7 février alors que les syndicats menaient une troisième vague de grèves nationales contre les projets du président Emmanuel Macron de faire travailler les Français jusqu’à 64 ans.

Les débrayages multisectoriels du 7 février surviennent un jour après que la législation sur la réforme des retraites a commencé son passage cahoteux à l’Assemblée nationale, et sont un test de la capacité de Macron à adopter des changements sans majorité.

Le gouvernement affirme que travailler deux ans de plus – ce qui signifie pour la plupart jusqu’à l’âge de 64 ans – permet de maintenir le budget de l’un des systèmes de retraite les plus généreux du monde industriel.

Les dirigeants syndicaux Philippe Martinez de la CGT et Laurent Berger de la CFDT ont manifesté côte à côte pour dénoncer la réforme des retraites.

« Cette réforme bouleversera la vie de plusieurs générations. Si le gouvernement va de l’avant avec obstination, nous intensifierons notre protestation avec des actions plus longues et plus dures« , a déclaré Philippe Martinez.

Laurent Berger, dont le syndicat adopte traditionnellement une position plus conciliante, a rejeté les propositions allégées annoncées par le gouvernement, comme l’augmentation des pensions les plus basses.

« Ces concessions ne sont que des correctifs. L’augmentation de la retraite légale à 64 ans est au cœur de cette réforme et c’est profondément injuste. C’est une folie démocratique pour le gouvernement de faire la sourde oreille à la contestation« , a-t-il déclaré.

La participation à la grève est apparue plus faible qu’une semaine plus tôt, selon les données, mais le gouvernement surveillera les manifestations de rue pour évaluer la force de l’opposition publique.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a rejeté les accusations de l’opposition selon lesquelles le gouvernement aurait nié l’ampleur des manifestations publiques et a déclaré qu’un changement était nécessaire.

« Le système de retraite est déficitaire et si on se soucie du système, il faut le sauver« , a déclaré le ministre à la radio RMC.

Le gouvernement affirme que la réforme permettra des économies brutes de plus de 17 milliards d’euros par an d’ici 2030.

Pour les syndicats et l’aile gauche de l’Assemblée, cet argent peut être trouvé ailleurs, notamment auprès des riches, et les travailleurs doivent être protégés.

« Ceux d’entre vous qui soutiennent cette réforme ne comprennent pas à quel point les emplois sont difficiles, ce que c’est que de se réveiller avec un mal de dos« , a déclaré Rachel Keke, la première femme de ménage en France à devenir députée.

Dans un geste vers Les Républicains, la Première ministre Elisabeth Borne a proposé de laisser certaines personnes qui commencent à travailler tôt également prendre leur retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE, un levier puissant pour renforcer la diversité

    La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est devenue un pilier incontournable dans le monde des affaires, marquant un changement significatif dans la manière dont les entreprises interagissent avec la société. Au-delà de ses implications environnementales et éthiques, la RSE joue

le Coin ESS