La note RSE d’Uber continue de baisser en 2020

  • Publié le: mardi 7 janvier 2020

La société de transport Uber a mal terminé l’année 2019. Sa note de RSE, décernée par Moralscore, a été revue à la baisse : elle n’est plus que de 35/100.

2019 aura indégnablement été une année dure pour Uber. L’entreprise de transport VTC a fait face à plusieurs affaires à problèmes qui ont largement entamé sa crédibilité. En plus de problèmes fiscaux en Europe, Uber à été confronté à une affaire d’usurpation d’identité des chauffeurs ainsi qu’à des cas d’agressions sexuelles. L’entreprise a aussi été pointée du doigt pour sa participation aux émissions de gaz à effet de serre.

Les campagnes anti-Uber se sont multipliées sur les réseaux sociaux (comme en France avec le hashtag #Ubercestover). Encore pire pour l’entreprise : l’autorité des transports londoniens a pris la décision de lui retirer, en novembre 2019, sa licence suite aux problèmes de contrôle d’identité des chauffeurs Uber. Dans plusieurs pays, des appels au boycott ont même été lancés en 2019.

2 abaissements de note la RSE en deux mois

Après autant d’affaires, la sanction ne s’est pas fait attendre. En décembre dernier, la plateforme de notation RSE Moralscore a revu à la baisse la note de la société Uber. En décembre, elle est passée à 40/100. Et en ce début de mois de janvier, la note a encore baissée : elle n’est plus que de 35/100.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Nouveaux espaces de travail : Spinoza dresse son bilan

    L’Observatoire Spinoza a publié, fin décembre 2019, une grande étude sur les mutations des espaces de travail. L’étude porte sur les espaces aménagés dans les entreprises, mais aussi sur les nouvelles dynamiques sociales qui s’installent au cœur de l’activité professionnelle.

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.