Les fournisseurs d’énergie vont devoir s’adapter

  • Publié le: jeudi 7 janvier 2016

Le dérèglement climatique amène un certain nombre d’inquiétudes, particulièrement en ce qui concerne la question de l’énergie. Les énergies fossiles arrivent en fin de carrière, et il est plus que jamais nécessaire d’investir dans les sources d’énergie alternatives. Un enjeu de taille pour les fournisseurs d’énergie qui voient leur activité transformée du tout au tout.

C’est pour mieux comprendre les changements à venir que Accenture et CDP ont dévoilé avant-hier un rapport dédié à l’activité des fournisseurs d’énergie. Afin de continuer leur activité et de ne pas trop menacer leurs profits, ils vont en effet devoir développer une nouvelle stratégie pour faire face aux enjeux de demain. Le rapport compte plusieurs pistes d’étude, comme le fait de nouer des partenariats avec des collectivités locales ou des particuliers afin de produire de l’énergie à petite échelle ; valoriser les déchets énergétiques en les captant et le « recyclant » ; mais surtout parvenir à mieux maîtriser la chaîne de production de l’énergie pour être capable de faire face à la demande, même en cas de pic.

Autant de sujets qui vont faire réfléchir les fournisseurs d’énergie. Car à l’heure où l’énergie verte monte en puissance, il est temps de repenser le modèle économique de ces entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.