Fin des sacs en plastique : cette fois c’est la bonne !

  • Publié le: mardi 6 octobre 2015

En 1996, lorsque Leclerc a lancé les sacs en plastique réutilisable, tout le monde voyait venir la fin du sac en plastique à usage unique. Presque vingt après, la disparition devient concrète avec le décret sur l’interdiction des sacs plastiques qui entrera en vigueur au 1e janvier 2016.

Le chemin fut long et difficile, mais le projet porté par la loi de transition énergétique va finalement voir le jour. Le décret voulu par Ségolène Royal a été transmis au Conseil d’Etat le 14 septembre dernier, et il prévoit un changement en deux temps : disparition des sacs plastiques au 1e janvier 2016 sauf pour certains cas alimentaires (fruits et légumes notamment), puis disparition totale au 1e janvier 2017. Un échéancier qui n’a jamais été si proche de se réaliser.

Pour pallier cette disparition, le ministère de l’écologie attend des enseignes et des commerçants qu’ils proposent désormais des sacs en papier ou des sacs biodégradables fabriqués à partir de matières végétales. Et bien sûr, les consommateurs sont invités à utiliser des sacs réutilisables ainsi que des cabas… comme ils le faisaient avant la déferlante des sacs plastiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Clarins, un exemple RSE ?

    Est-il encore nécessaire de présenter Clarins, l ‘un des principaux laboratoires de cosmétiques européens ? L’entreprise qui compte environ 8 500 employés et dont le chiffre d’affaires est estimé à près de 2 milliards d’euros, se veut être un exemple

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces