Facebook met fin aux publicités pour les espèces sauvages illégales en Asie du Sud-Est

  • Publié le: jeudi 6 août 2020

Des centaines de publicités proposant la vente d’espèces d’animaux sauvages ont été supprimées par Facebook dans le cadre d’une action de répression du commerce illégal d’espèces sauvages en Asie du Sud-Est, au cours des dernières semaines.

« Pas trop sauvage, pas trop docile. Si vous êtes intéressé, appelez … » pouvait-on lire sur le post du vendeur, qui utilisait un compte en Birmanie, un point de transit majeur pour le commerce des animaux sauvages.

Pourtant, Facebook a interdit la vente d’animaux sur sa plateforme. Mais, au cours des cinq premiers mois de 2020, un rapport a montré que les chercheurs du World Wildlife Fund (WWF) avaient comptabilisé 2 143 animaux sauvages de 94 espèces en vente sur Facebook en provenance uniquement de la Birmanie.

La grande majorité des publicités – 92% – proposait des animaux vivants, y compris des oiseaux de proie, mais aussi des gibbons, des langurs, des félins et des calaos qui sont très demandés.

Augmentation des ventes dans chaque pays

Les organismes de protection de la faune ont déclaré que plus de 500 publications, comptes et groupes avaient été supprimés en avril et juillet après avoir alerté Facebook, qui a déclaré que ses employés supprimaient le contenu qui enfreignait les règles dès qu’ils en avaient connaissance.

« Nous nous engageons à travailler avec les autorités chargées de l’application de la loi du monde entier pour lutter contre le commerce illégal d’espèces sauvages », a déclaré un porte-parole de Facebook.

Les militants affirment que l’avènement de maladies zoonotiques comme le nouveau coronavirus, soupçonné d’être passé des animaux aux humains, n’a pas diminué la demande des acheteurs.

L’Asie du Sud-Est est une plaque tournante majeure du commerce mondial des espèces sauvages de plusieurs milliards de dollars et, selon les observateurs, les vendeurs utilisent de plus en plus les médias sociaux en raison de sa portée massive et de ses fonctions de messageries privées.

« Il augmente dans tous les pays », a déclaré Jedsada Taweekan, responsable de programme régional pour le WWF, ajoutant que le volume de produits fauniques vendus en ligne avait environ doublé depuis 2015.

Facebook accusé de mener une action réactive et non préventive

La Birmanie a été critiquée ces dernières semaines en raison des projets du pays qui visent à autoriser l’élevage en captivité d’environ 175 espèces menacées, notamment des tigres et des pangolins. Naing Zaw Htun, un haut responsable du département des forêts, a déclaré que les médias sociaux étaient devenus « l’un des principaux moteurs du trafic d’espèces sauvages », et que l’objectif du plan d’élevage en captivité était de réduire le braconnage.

La lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages en ligne pose un défi de taille aux gouvernements de la région, où de nombreuses lois nationales sont à la traîne, a déclaré Elizabeth John, responsable des communications pour TRAFFIC, une organisation non gouvernementale.

Elle a déclaré que Facebook avait été « très proactif en essayant de s’attaquer au commerce en ligne », mais était confronté à un « défi logistique considérable » de surveillance des publications.

Une étude de TRAFFIC publiée début juillet a révélé plus de 2 489 articles en ivoire étaient en vente en Indonésie, en Thaïlande et au Vietnam sur Facebook et Instagram (qui appartient à Facebook).

TRAFFIC a déclaré que 557 des 600 publications, groupes et profils signalés par la suite sur Facebook avaient été supprimés. Le WWF a déclaré que quatre comptes Facebook et sept groupes, chacun comptant des milliers de membres, avaient été supprimés en réponse à leurs recherches en Birmanie.

Facebook indique utiliser une combinaison de technologie et de rapports d’ONG pour détecter et supprimer du contenu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Clarins, un exemple RSE ?

    Est-il encore nécessaire de présenter Clarins, l ‘un des principaux laboratoires de cosmétiques européens ? L’entreprise qui compte environ 8 500 employés et dont le chiffre d’affaires est estimé à près de 2 milliards d’euros, se veut être un exemple

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces