Lilo, le moteur de recherche français et solidaire

  • Publié le: lundi 6 août 2018

Si vous cherchez un moyen de vous détourner du géant américain qu’est Google, de nombreuses alternatives s’offrent à vous, notamment au niveau des moteurs de recherche sur Internet. Vous avez peut-être déjà entendu parler de DuckDuckGo ou Qwant, mais qu’en est-il de Lilo, qui en plus d’être français, dispose d’une vocation éthique ?

Depuis son lancement en 2015 sur un marché déjà saturé, Lilo a fait son petit bonhomme de chemin. Tout d’abord discret, le moteur de recherches commence à se faire une place et se targue de talonner Bing, propriété de Microsoft (s’il vous plait). Il aura fallu trois ans à la jeune entreprise pour entamer sa conquête de l’Europe (en Italie et en Espagne pour le momentà), et s’aventurer outre Atlantique.

En France, Lilo affiche 676 000 utilisateurs par mois correspondant à 30 millions de recherches mensuelles. Lilo estime disposer chaque jour de 4 000 utilisateurs supplémentaires.

Lilo se différencie des autres moteurs de recherche par son approche sociale et environnementale. Chaque utilisateur soutient gratuitement grâce à ses recherches des initiatives proposées par le moteur de recherche.
Sachez que Lilo signifie « qui est généreux » en Hawaïen. Alors qu’attendez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Nouveaux espaces de travail : Spinoza dresse son bilan

    L’Observatoire Spinoza a publié, fin décembre 2019, une grande étude sur les mutations des espaces de travail. L’étude porte sur les espaces aménagés dans les entreprises, mais aussi sur les nouvelles dynamiques sociales qui s’installent au cœur de l’activité professionnelle.

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.