Comongo : la technologie propose, l’Homme dispose !

manager-coach-entreprise
  • Publié le: jeudi 6 février 2020

La start-up grenobloise Comongo a développé un outil d’analyse sémantique inédit pour effectuer des audits d’image et de communication stratégique à destination des entreprises. Baptisée Comonimage, cette application en ligne donne la parole à l’Homme et co-construit avec lui, en amont du traitement informatique, les termes de référence de l’étude stratégique.

La plupart des entreprises utilisent aujourd’hui l’intelligence artificielle pour exploiter des volumes de données quasiment infinies, sans forcément de traitement initial et sans prendre pleinement en compte le contexte particulier de chaque organisation : c’est ce qu’on appelle le Big Data.

La start-up grenobloise Comongo, elle, a fait le choix de la Beautiful Data. De la donnée intelligente, ciblée et qualifiée pour répondre aux enjeux spécifiques de chaque intervenant. La philosophie de la Beautiful Data est de replacer les compétences et les talents humains au cœur de la réflexion sur la donnée engrangée dans les entreprises.

Cette approche nouvelle permet de donner la parole aux clients et de co-construire avec eux, en amont du traitement informatique, les termes de référence de l’analyse de donnée. Elle s’appuie sur le Comonimage, un logiciel d’analyse sémantique d’intelligence artificielle développé par Comongo.

Comongo : « Le client donne le contexte et l’outil propose un diagnostic »

Concrètement, le client-utilisateur définit lui-même, via la plateforme en ligne de Comonimage, les objectifs à atteindre, et la composition d’un corpus réduit d’intervenants (collaborateurs de l’entreprise, clients, sous-traitants…) qui répondent à une série de questions ouvertes proposées par la start-up grenobloise.

Une fois les périmètres de l’étude définis, l’outil d’analyse sémantique prend le relai. Il traite les données et restitue les conclusions de l’audit. Ce dernier est à la fois lié au contexte particulier de l’entreprise, et débarrassé au maximum du biais humain, afin de donner aux décideurs les clés du changement.

« Le client donne le contexte et l’outil propose un diagnostic. La donnée n’est intéressante que quand l’humain peut y donner du sens, des idées, et prendre des décisions éclairées », résume Stéphane Labartino, le président et fondateur de l’entreprise. Selon lui, Comonimage permet d’enclencher « rapidement la dynamique de changement et son adhésion » car il n’y a plus besoin de convaincre les clients, ces derniers « connaissant la source de la donnée » qui leur est proposée.

L’intelligence artificielle ne doit pas se substituer aux Hommes

La méthodologie Comongo permet de gagner du temps (une étude qualitative peut être réalisée en deux à quatre semaines contre six mois en moyenne) et d’obtenir des résultats extrêmement précis et segmentés tout en éliminant les biais humains (les réponses des intervenants sont anonymisées). Le tout pour une mobilisation de moyens (et donc de budgets) largement revue à la baisse.

La collaboration entre intelligence artificielle et intelligence humaine est d’ailleurs, pour Stéphane Labartino, le fondateur de Comongo, au cœur de la vision de son entreprise. « L’intelligence artificielle doit être pensée pour augmenter les capacités des Hommes à prendre de bonnes décisions, pas pour se substituer à eux », affirme-t-il avant d’insister : « l’outil ne peut pas imposer une décision sans la connaissance du contexte détenu par nos clients-utilisateurs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Les énergies renouvelables séduisent la grande distribution

    En France, les enseignes de grande distribution multiplient les initiatives pour déployer les énergies renouvelables. Grâce aux nouvelles technologies qui favorisent l’auto-consommation, les enseignes investissent désormais dans une électricité bas-carbone. Les grandes enseignes de la distribution veulent, elles aussi, faire

le Coin ESS

  • Le financement participatif progresse en France

    D’après le dernier bilan de l’association Financement Participatif France, la finance responsable progresse en France. Les investisseurs français ont encore été plus nombreux en 2019 à y adhérer. Un élan qui s’explique en partie par l’engouement autour des énergies renouvelables.