Catastrophes naturelles : les soutiens humanitaires pas assez adaptés

  • Publié le: lundi 5 octobre 2015

Le 24 septembre dernier, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a présenté son rapport sur les catastrophes dans le monde pour 2014. Un compte-rendu détaillé des situations d’urgence humanitaire auxquelles les ONG ont du faire face qui dresse un constat sans appel : face aux changements des risques, la répartition des soutiens humanitaires est inadaptée.

Le rapport souligne que 2014 a été une année avec moins de catastrophes naturelles que les précédentes : 317 catastrophes recensées, ce qui est le chiffre le plus bas depuis dix ans. Mais derrière ce bilan encourageant, la réalité du terrain démontre une grande évolution des risques auxquels les populations font face : en 2014, 87% des catastrophes naturelles étaient du au climat.

Cette tendance démontre à quel point l’impact environnemental modifie l’action des humanitaires. Car si auparavant les grandes opérations étaient globales, menées par des organisations internationales, le rapport démontre bien que ce sont désormais les missions locales qui doivent faire face aux dangers et secourir les populations victimes de catastrophes. Les auteurs du rapport espèrent donc attirer plus de soutiens logistiques et financiers pour l’accompagnement des acteurs locaux.

Pour plus d’informations, consultez le rapport complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement