La migration mondiale croissante nécessite une gestion adaptée

  • Publié le: vendredi 5 mai 2023

Le vieillissement rapide des pays riches et des pays à revenu intermédiaire rendra leurs économies de plus en plus dépendantes de la migration des pays les plus pauvres, et le processus doit être mieux géré, a déclaré la Banque mondiale.

Le dernier Rapport sur le développement mondial de la banque indique qu’environ 184 millions de personnes dans le monde vivent désormais dans des pays dont elles n’ont pas la citoyenneté, dont 43 % dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Environ 37 millions du total sont des réfugiés, un nombre qui a triplé au cours de la dernière décennie.

Certains pays sont confrontés à un déclin rapide de la population adulte en âge de travailler, notamment l’Espagne, où elle devrait diminuer de plus d’un tiers d’ici 2100, les personnes de plus de 65 ans passant de 20 % actuellement à près de 40 % de la population, selon la banque de développement.

Des pays comme le Mexique, la Thaïlande, la Tunisie et la Turquie pourraient également bientôt avoir besoin de plus de travailleurs étrangers parce que leur population n’augmente plus, tandis que les mouvements migratoires transfrontaliers deviennent déjà plus complexes, les pays de destination et d’origine couvrant tous les niveaux de revenu, selon le rapport.

« La migration peut être une force puissante pour la prospérité et le développement« , a déclaré Axel van Trotsenburg, directeur général principal de la Banque mondiale, dans un communiqué. « Lorsqu’il est géré correctement, il offre des avantages à tous – dans les sociétés d’origine et de destination. »

Préparer les migrations pour répondre aux besoins en compétences

Le rapport présente des recommandations aux décideurs politiques, principalement pour mieux faire correspondre les compétences des migrants aux besoins des pays de destination, tout en protégeant les réfugiés et en réduisant le besoin de déplacements en détresse.

Les gains sont plus importants pour les pays de destination et les migrants lorsque leurs compétences correspondent bien aux demandes dans les pays de destination. Lorsque l’adéquation des compétences est faible, les coûts d’accueil des réfugiés doivent être partagés multilatéralement, a-t-il déclaré.

Des défis politiques plus difficiles surviennent lorsque l’adéquation des compétences est faible et que les migrants ne sont pas des réfugiés, ce qui conduit souvent à l’expulsion et exerce une pression sur les pays de transit. Le rapport indique que des efforts de développement international plus importants sont nécessaires dans les pays d’origine pour réduire le besoin de migration provoqué par la détresse économique.

La Banque mondiale a déclaré que les pays d’origine devraient faire de la migration de main-d’œuvre un élément explicite de leur stratégie de développement et s’efforcer de réduire le coût des envois de fonds aux familles restées au pays, de faciliter les transferts de connaissances de leurs diasporas à l’étranger et de développer les compétences qui sont demandées dans le monde.

La banque a déclaré que les pays de destination devraient encourager la migration des populations où leurs compétences sont très demandées, ajoutant que de nouveaux instruments de financement devaient être développés au niveau multilatéral pour aider les pays à prendre en charge les non-ressortissants de manière prévisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Objectifs de Développement Durable, c’est à dire ?

    Les Objectifs de Développement Durable (ODD) sont un ensemble de 17 objectifs mondiaux adoptés par les Nations Unies en 2015, dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Ils visent à éradiquer la pauvreté, protéger la planète et

le Coin ESS