L’écotaxe mise en place en Belgique

  • Publié le: mardi 5 avril 2016

Depuis le 1e avril, l’écotaxe est entrée en vigueur en Belgique. Elle va toucher tous les camions de transport de plus de 3,5 tonnes et financera l’entretien des routes belges.

On se souvient des passions que l’écotaxe avait déchaînées en France lorsque la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, avait voulu la mettre en place. La ministre avait été contrainte par les syndicats routiers de faire machine arrière alors même que les portiques de contrôle étaient déjà installés sur le territoire. En Belgique, les choses semblent se passer plus calmement depuis que l’écotaxe est entrée en vigueur la semaine dernière.

Elle va toucher tous les camions, belges et étrangers, et sera calculée en fonction de plusieurs critères : la voie de circulation empruntée, le poids du camion et de son chargement mais aussi les émissions de CO2 qu’il génère. Si cette nouvelle taxe verte doit augmenter le coût du transport d’environ 8%, elle va aussi permettre de faire rentrer 750 millions d’euros dans les caisses de l’état, ce qui permettra d’entretenir le réseau routier.

Pour que le dispositif soit pleinement opérationnel, il va falloir que tous les camions de transport qui traversent le pays soient équipés de GPS qui contrôleront leur parcours. Des portiques et des équipes mobiles sont également prévus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement