Le nouvel organisme de normalisation des entreprises en matière de durabilité rédige ses premières lignes directrices

  • Publié le: lundi 4 avril 2022

Un nouvel organisme de normalisation mondial pour les rapports sur la durabilité des entreprises a présenté son premier projet de lignes directrices, entrant dans un domaine encombré alors que des milliards de dollars se déversent dans des investissements commercialisés comme «verts».

L’International Sustainability Standards Board (ISSB) a publié deux projets de normes pour consultation publique jusqu’au 29 juillet avant leur adoption officielle d’ici la fin de l’année.

Cette décision est soutenue par des dirigeants mondiaux, des investisseurs et des régulateurs de premier plan, qui souhaitent une approche internationale plus rigoureuse des informations sur la durabilité des entreprises, qui remplace un patchwork de normes. Il y a aussi des appels croissants pour lutter contre le risque de greenwashing ou des revendications exagérées de durabilité par les entreprises.

L’ISSB a proposé deux nouvelles normes, que les pays décideront de rendre obligatoires ou non.

La première présente les informations financières générales relatives à la durabilité.

La seconde détaille les exigences de divulgation spécifiques liées au climat couvrant les « Scope 1-3 », c’est-à-dire les données sur les émissions directes de l’entreprise, les émissions indirectes provenant de l’énergie achetée et les émissions indirectes de la chaîne de valeur d’une entreprise, telles que les fournisseurs de matières premières ou la consommation des produits pendant toute leur durée de vie.

Valeur de l’entreprise

Les critiques ont fait valoir que l’ISSB est moins ambitieux que l’Union européenne, dont les règles exigent également des informations sur l’impact d’une entreprise sur l’environnement, connu sous le nom de double matérialité.

Pour la vice-présidente de l’ISSB, Sue Lloyd, les normes de l’ISSB visent à répondre aux besoins des investisseurs qui souhaitent connaître l’impact des facteurs de durabilité sur la valeur d’une entreprise, c’est-à-dire la valeur de ses actions et de sa dette nette.

« Quand une entreprise fait des choses qui ont des impacts pour les gens, la planète, l’environnement, cela affectera en grande partie sa valeur d’entreprise« , a déclaré Sue Lloyd.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS