Alerte aux produits toxiques dans les vêtements de sport

  • Publié le: jeudi 4 février 2016

Greenpeace vient de dévoiler une étude accablante pour les marques de vêtements de sport. L’étude met en lumière la présence de substances toxiques dans la plupart des vêtements de sport de plein air.

Depuis plusieurs années, Greenpeace se penche de très près sur les substances nocives que l’on peut trouver dans les pièces de textile. Une attention qui a amené l’ONG à lancer une grande étude dans 19 pays pour étudier onze marques de vêtements de sport à la loupe. Sur les quarante articles étudiés, seulement quatre d’entre eux ne présentent pas de produits nocifs. Dans tous les autres, les experts ont trouvé des traces de composants perfluorés (PFC). Si les PFC ne sont pas interdits, ils sont néanmoins connus pour leur nocivité car ils se répandent très facilement dans l’environnement et peuvent ainsi se retrouver dans la chaîne alimentaire.

Avec ce rapport, Greenpeace veut mettre la pression sur les législateurs en les alertant sur la présence de ces substances dangereuses et la nécessité de mettre en place une réglementation contraignante pour limiter leur présence dans les biens de consommation courante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Ecotable, le nouveau label des restaurants éco-responsables

    Calqué sur le système des étoiles du Guide Michelin, Ecotable lance le lundi 14 janvier une classification des restaurants et distingue la mise en place d’une démarche éco-responsable.  Partant du constat que seuls 1,3% des restaurants en France servent des

le Coin ESS

  • Bientôt la location de meubles chez IKEA ?

    Le géant suédois du meuble Ikea souhaite expérimenter la location et le rachat de mobilier afin de répondre aux exigences des clients en matière de développement durable. Cela permettrait également à Ikea de traiter les meubles usagés de manière durable.