Élections américaines : le changement climatique est au scrutin

  • Publié le: mardi 3 novembre 2020

Le jour des élections aux États-Unis est enfin arrivé. Le contraste entre les candidats à la présidentielle ne pouvait pas être plus grand et il n’y a pas de sujet qui le rend plus clair que le changement climatique.

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden qualifie le changement climatique de « menace existentielle » quand le président Donald Trump insinue qu’il s’agit d’un « canular » et a décidé de retirer le pays des accords de Paris sur le climat. Les Etats-Unis quitteront officiellement l’accord le 4 novembre, quel que soit le résultat de l’élection.

De nombreux écologistes considèrent la course contre le changement climatique comme celle de la vie ou de la mort. « La santé de l’économie et le sort de la planète sont en jeu », a déclaré Bracken Hendricks, ancien conseiller climatique du gouverneur de Washington, Jay Inslee, qui a contribué à façonner l’engagement de Joe Biden de faire passer le pays à 100% d’énergie propre d’ici 2035.

L’avenir de l’énergie en question

L’une des principales différences entre les deux candidats réside dans l’avenir de l’énergie.

L’administration Trump n’a pas caché son enthousiasme à soutenir les énergies fossiles. Il s’est fait du charbon et a utilisé les fonds publics pour aider les industries du gaz et du pétrole chaque fois que cela a été possible.

Deux exemples seulement préfigurent cette politique dont la réduction des baux bon marché pour le forage sur les terres publiques pendant la pandémie et l’offre d’un plan de sauvetage furtif à des entreprises en difficulté financière.

En revanche, en juillet, Joe Biden a annoncé un plan de 2,2 milliards de dollars pour décarboner le réseau d’ici 2035 et l’économie américaine d’ici 2050, ce qui est à tous égards profondément ambitieux.

Il a uni un large éventail de démocrates centristes, de dirigeants syndicaux, de militants écologistes et de barons de l’énergie propre.

Alors que Trump a réduit le nombre de scientifiques et les agences scientifiques du gouvernement, l’ancien vice-président veut dépenser 400 milliards de dollars en recherche et innovation énergétiques.

Attentes de la population sans précédent

Les militants écologistes peuvent se targuer de la prise en compte de ces enjeux par la population : jamais auparavant les électeurs n’ont si clairement indiqué qu’ils voulaient que les candidats agissent sur le changement climatique.

Edward Maibach, directeur du centre universitaire de communication sur le changement climatoqie George Mason, affirme que les électeurs comprennent les enjeux et que c’est une question primordiale.

L’intégration du changement climatique à la politique se voit dans tout le pays. « Le changement climatique sera présent dans les urnes à travers toute l’Amérique, même dans des endroits improbables.  La candidate démocrate au Sénat américain dans le Wyoming, Merav Ben-David, est par exemple climatologue, et elle mène une course très compétitive. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces