Le « greenwashing », pratique répandue dans le commerce en ligne

  • Publié le: mercredi 3 février 2021

De nombreuses allégations « vertes » sur les sites Web des entreprises sont exagérées, fausses et potentiellement illégales, selon une étude sur le commerce en ligne réalisée par l’Union européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs.

Alors que les consommateurs exigent des produits plus durables, le nombre d’allégations environnementales faites par les entreprises augmente – et avec lui, le « greenwashing », où les entreprises exagèrent leurs références environnementales pour séduire les acheteurs.

En examinant en novembre 2020 les allégations « vertes », principalement celui des commerces en ligne, la Commission européenne et les autorités nationales ont constaté que le problème était grave.

Des termes employés qui trompent le consommateur

L’étude a évalué 344 affirmations de durabilité « apparemment douteuses » faites en ligne par des entreprises, dont la plupart étaient dans les secteurs de l’habillement et des textiles, des cosmétiques et des soins personnels et des équipements ménagers.

Dans 42% des cas, les autorités nationales avaient des raisons de penser que l’allégation était fausse, trompeuse et potentiellement une pratique commerciale déloyale en vertu du droit de l’UE.

Dans la plupart des cas, le professionnel n’a pas fourni aux consommateurs suffisamment d’informations pour évaluer l’exactitude de l’allégation, tandis que 37% des cas utilisaient des termes vagues sans les justifier.

« Des termes tels que écologique, biologique et respectueux de l’environnement ont été utilisés fréquemment et sans justification », a déclaré l’Autorité néerlandaise des consommateurs et des marchés (ACM).

L’ACM peut infliger des amendes aux entreprises qui font des déclarations de durabilité fausses ou trompeuses, a-t-elle déclaré.

Une pratique qui touche une multitude de secteurs

Le commissaire européen à la justice, Didier Reynders, a déclaré que si certaines entreprises s’efforcent de produire des produits respectueux de l’environnement, d’autres « attirent l’attention des consommateurs avec des allégations vagues, fausses ou exagérées ».

La Commission n’a pas nommé les entreprises sélectionnées. Elle a déclaré que les autorités nationales soulèveraient toutes les préoccupations et veilleraient à ce qu’elles soient résolues.

Johnny White, avocat au sein de l’association caritative de droit environnemental ClientEarth, a déclaré que le greenwashing ne se limitait pas au secteur des biens de consommation.

« Les grandes entreprises ayant des pratiques commerciales dommageables pour l’environnement, comme les entreprises de combustibles fossiles, dépensent d’énormes sommes en publicité de réputation … pour masquer leurs références d’impact environnemental », a-t-il déclaré.

Les résultats informeront également la législation européenne à venir, qui doit être proposée cette année, qui pourrait inclure des exigences minimales obligatoires pour les logos de durabilité et des exigences pour les entreprises de fournir des informations sur les références environnementales d’un produit, afin d’aider à éradiquer le greenwashing.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS