Monsanto poursuivi par les producteurs de coton du Burkina Faso

  • Publié le: mercredi 3 février 2016

Plusieurs sociétés productrices de coton au Burkina Faso ont décidé de poursuivre Monsanto en justice. En cause : la trop faible qualité du coton génétiquement modifié dont les semences avaient été vendues par Monsanto.

L’entreprise Monsanto se retrouve encore une fois sur le banc des accusés. La raison du conflit, c’est la perte de qualité que les producteurs burkinabés ont connu en utilisant des semences de coton transgénique vendues par Monsanto. Si le Burkina Faso était réputé pour la qualité de son coton, cette réputation a été bien entamée à cause des récoltes transgéniques. Le coton issu de ces récoltes est d’une qualité inférieure à celle du coton standard, et les producteurs ont désormais du mal à écouler ce stock de qualité médiocre.

Face au manque à gagner, les producteurs ont décidé de poursuivre Monsanto en justice et ils espèrent ainsi obtenir 280 millions de dollars pour compenser les pertes enregistrées depuis 2010. En attendant que la justice tranche, les producteurs ont déjà annoncé qu’ils abandonnaient la culture du coton transgénique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Handicap : une discrimination à l’embauche comme une autre ?

    Alors que l’État français effectue des tests à l’embauche à l’échelle nationale, le handicap figure désormais en tête des discriminations en France. Malgré les lois successives, les personnes en situation de handicap s’intègrent beaucoup moins bien que les autres dans

le Coin ESS

  • Emmanuel Macron plaide pour une Afrique verte

    Cette semaine, le président français était en déplacement en Afrique. Emmanuel Macron a co-présidé la troisième édition du One Planet Summit. Il en a profité pour réaffirmer le soutien de la France aux énergies renouvelables. Il a aussi rappelé l’urgence