Un fournisseur de Dyson travaillera avec la Commission des droits de l’homme pour améliorer ses performances RSE

  • Publié le: lundi 3 janvier 2022

Le fournisseur malaisien de Dyson, ATA , travaillera avec l’institution nationale des droits de l’homme pour améliorer ses pratiques environnementales, sociales, sociétales , a annoncé lundi le fabricant de pièces détachées.

L’entreprise de services de fabrication de produits électroniques a déclaré qu’elle travaillerait avec la Commission des droits de l’homme de Malaisie, connue localement sous le nom de Suhakam, après que Dyson, le plus gros client de l’entreprise, ait rompu les liens avec elle après un audit de ses pratiques de travail et des allégations par un dénonciateur.

Le contrat du fabricant britannique d’électroménagers avec ATA se terminera le 1er juin.

ATA a déclaré le 7 décembre avoir détecté des cas de personnel faisant des heures supplémentaires excessives et avait pris des mesures contre un responsable qui avait coaché ​​des employés en vue d’un audit sur les conditions de travail.

ATA a déclaré que la Suhakam avait visité ses installations le 27 septembre pour vérifier les allégations de travail forcé rapportées par les médias, et a fourni des commentaires pour une amélioration à l’attention de l’entreprise.

Un travail collaboratif entre ATA et la Suhakam

Parmi les mesures évoquées ont peut citer la mies en place des canaux de réclamation supplémentaires pour les travailleurs, le licenciement d’un agent qui facturait la cooptation aux nouveaux recrutés et l’amélioration des problèmes de communication dans la clinique de l’entreprise.

ATA a également déclaré qu’elle « se réjouissait de travailler en étroite collaboration (…) avec le gouvernement, le ministère des Ressources humaines et d’autres organismes concernés dans ses efforts pour intensifier ses efforts en matière de RSE ».

La Malaisie a inculpé ATA le mois dernier de quatre violations de la législation du travail sur le logement des travailleurs alors qu’elle enquête sur des plaintes pour travail forcé.

ATA a demandé l’abandon des charges, affirmant que toutes les infractions étaient causées par les « défis présentés pendant la pandémie ».

Au cours des deux dernières années et demie, sept entreprises malaisiennes, dont le plus grand fabricant de gants et producteur d’huile de palme au monde, ont été confrontées à des interdictions d’importation américaines en raison d’allégations de travail forcé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Panasonic propose la semaine de travail de 4 jours au Japon

    Le conglomérat électronique Panasonic est la dernière grande entreprise japonaise à annoncer une semaine de travail de quatre jours aux employés intéressés. « Nous devons soutenir le bien-être de nos employés« , a déclaré le PDG de Panasonic, Yuki Kusumi, aux investisseurs

le Coin ESS