Le premier potager virtuel

  • Publié le: lundi 2 novembre 2015

Un nouveau site vient de voir le jour pour les amateurs de produits bio : MonPotager.com permet de cultiver virtuellement son propre potager familial et d’en récolter les produits qui sont ensuite livrés à la maison !

L’initiative ressemble à un jeu de simulation, et c’est vrai que MonPotager.com offre un esprit très ludique. On loue une parcelle de terrain cultivable (14,90€ la plus petite, 100€ la plus grande) et on choisie ses cultures : pommes de terre, tomates, carottes, haricots verts, pommes… Le choix se fait en fonction des goûts et des besoins de la famille. Ensuite, on peut suivre au fil des semaines l’avancée des cultures. Le site renseigne les clients sur et les dates de récolte estimées et les quantités attendues. Une fois la récolte faite, les produits sont livrés en colis. Et si on a plus de pommes de terre que prévu mais pas assez de poireaux, pas de soucis : un système de troc permet d’échanger avec les autres clients du site.

MonPotager.com repose sur un partenariat avec des producteurs de la région parisienne. Ils permettent ainsi aux consommateurs d’avoir accès à des fruits et légumes bio, cultivés localement et en respect avec le rythme des saisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et développement durable : AGS s’engage

    AGS s’engage depuis de nombreuses années en faveur de la responsabilité sociale et du développement durable. Le groupe familial, spécialisé dans les déménagements internationaux, est signataire depuis 2009 du Pacte Mondial des Nations Unies (Global Compact), un texte promouvant la

le Coin ESS

  • Les alternatives au Black Friday s’organisent

    Le secteur du commerce prépare le Black Friday. Vendredi 23 novembre, cette journée de promotions générales aura lieu sur le web et dans les magasins physiques. Plutôt que de surfer sur cette tendance, quelques entreprises en profitent pour mettre sur