Le premier potager virtuel

  • Publié le: lundi 2 novembre 2015

Un nouveau site vient de voir le jour pour les amateurs de produits bio : MonPotager.com permet de cultiver virtuellement son propre potager familial et d’en récolter les produits qui sont ensuite livrés à la maison !

L’initiative ressemble à un jeu de simulation, et c’est vrai que MonPotager.com offre un esprit très ludique. On loue une parcelle de terrain cultivable (14,90€ la plus petite, 100€ la plus grande) et on choisie ses cultures : pommes de terre, tomates, carottes, haricots verts, pommes… Le choix se fait en fonction des goûts et des besoins de la famille. Ensuite, on peut suivre au fil des semaines l’avancée des cultures. Le site renseigne les clients sur et les dates de récolte estimées et les quantités attendues. Une fois la récolte faite, les produits sont livrés en colis. Et si on a plus de pommes de terre que prévu mais pas assez de poireaux, pas de soucis : un système de troc permet d’échanger avec les autres clients du site.

MonPotager.com repose sur un partenariat avec des producteurs de la région parisienne. Ils permettent ainsi aux consommateurs d’avoir accès à des fruits et légumes bio, cultivés localement et en respect avec le rythme des saisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Clarins, un exemple RSE ?

    Est-il encore nécessaire de présenter Clarins, l ‘un des principaux laboratoires de cosmétiques européens ? L’entreprise qui compte environ 8 500 employés et dont le chiffre d’affaires est estimé à près de 2 milliards d’euros, se veut être un exemple

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces