Vers un alignement des rapports extra financiers des entreprises au niveau européen ?

  • Publié le: jeudi 1 septembre 2022

L’Union européenne devrait prendre plus de temps pour aligner ses politiques sur les règles internationales en matière de rapports sur le changement climatique afin de gagner du temps à long terme et de simplifier la vie des entreprises, a déclaré le conseil mondial de normalisation.

L’UE rédige actuellement le texte sur les divulgations obligatoires pour que 50 000 entreprises du bloc divulguent la manière dont le changement climatique affecte leurs activités.

Les informations sur le climat sont conçues pour fournir aux investisseurs des informations rigoureuses et comparables sur la manière dont le changement climatique affecte les entreprises, alors que les régulateurs s’inquiètent de l’effet « Greenwashing », par lequel les entreprises exagèrent leurs références environnementales, et également du fait que certaines minimisent l’impact du réchauffement climatique.

L’échéance pour terminer ce texte est fixé à novembre pour l’UE, ce qui placerait le bloc en tête du peloton mondial et du nouveau Conseil international des normes de durabilité (ISSB).

Le président de l’ISSB, Emmanuel Faber, a déclaré que le conseil d’administration tenait des réunions hebdomadaires avec l’organe de rédaction des normes de l’UE, l’EFRAG, mais que la pression que subit l’UE crée des « complexités ».

« J’espère que nos collègues de l’UE estiment que le prix de l’alignement est tel qu’il vaut la peine d’avoir plus de temps, si nécessaire », a déclaré Emmanuel Faber au Parlement européen.

Les entreprises multinationales, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international ont appelé à un alignement entre l’UE, l’ISSB et les États-Unis, qui ont proposé leurs propres règles de divulgation, afin d’éviter la fragmentation des approches qui augmenterait les coûts de mise en conformité.

Les groupes d’entreprises ont également déclaré que l’UE et l’ISSB devaient supprimer les différences dans la terminologie de base.

Pour maintenir l’élan vers l’alignement, l’ISSB a décidé de se concentrer sur la recherche d’un terrain d’entente sur les émissions de carbone des clients des entreprises, connues sous le nom d’émissions de portée 3, a déclaré Emmanuel Faber.

« Il y a une intersection entre ce que nous faisons et ce que fait l’EFRAG. Plus l’intersection est grande, plus la vie des entreprises sera simple« , a déclaré Emmanuel Faber.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS