Nestlé va payer les producteurs de cacao pour qu’ils laissent leurs enfants à l’école

  • Publié le: lundi 1 août 2022

Nestlé va commencer à payer en espèces les producteurs de cacao s’ils envoient leurs enfants à l’école plutôt que de les faire travailler dans d-les cultures, et ce afin de pouvoir garantir que son cacao provient d’une chaîne d’approvisionnement entièrement traçable et d’origine directe d’ici 2025.

Les fabricants de chocolat subissent une pression croissante de la part des investisseurs, des consommateurs et des gouvernements pour s’assurer que les fèves de cacao qu’ils achètent n’ont pas été produites en utilisant le travail des enfants ou dans des plantations de cacao illégales dans des forêts protégées, qui sont toutes deux des pratiques courantes en Afrique de l’Ouest.

Le groupe alimentaire à l’origine des barres de chocolat KitKat et des confiseries Smarties a déclaré vouloir tripler ses dépenses annuelles actuelles en cacao durable pour arriver à un investissement total de 1,3 milliard de francs suisses (1,25 milliard d’euros) d’ici 2030.

« Ce n’est qu’en s’attaquant aux causes profondes que nous aurons un impact« , a déclaré le chef des opérations de Nestlé, Magdi Batato.

Une enquête récente de l’Université de Chicago a révélé que parmi les enfants des ménages agricoles des régions productrices de cacao de la Côte d’Ivoire et du Ghana, 45 % étaient engagés dans le travail des enfants.

Les programmes actuels ont connu un succès limité

Pour bénéficier des paiements, les agriculteurs doivent envoyer leurs enfants à l’école, tailler les cacaoyers, planter des arbres d’ombrage et diversifier leurs revenus avec d’autres cultures ou du bétail.

Pour vérifier que les enfants vont vraiment à l’école et que les agriculteurs respectent les règles, IDH, l’Initiative de commerce équitable, surveillera le programme avec d’autres tiers.

Les enfants qui aident occasionnellement dans les fermes familiales en dehors du temps scolaire ne relèvent pas de la définition du travail des enfants de l’Organisation internationale du travail.

Les programmes de développement durable que les fabricants de chocolat ont utilisés jusqu’à présent ont eu un succès limité dans la lutte contre les droits de l’homme et les problèmes environnementaux dans le cacao, et les gouvernements occidentaux cherchent maintenant à légiférer.

Nestlé a déclaré que 51 % du cacao qu’il a utilisé en 2021 était d’origine directe et traçable, contre 46 % en 2020. D’ici 2025, il souhaite pouvoir retracer 100 % de son cacao jusqu’à des exploitations spécifiques dans le cadre de son programme de durabilité interne, le Plan Cacao Nestle.

« Nous sommes convaincus que cela changera la donne sur la voie de la réduction du risque de travail des enfants« , a déclaré Magdi Batato.

Une hausse des prix répercutée sur les consommateurs

Dans le cadre du nouveau programme, les agriculteurs recevront des paiements directs en espèces par transfert mobile jusqu’à 500 francs (480 €) par an, ce qui, selon Magdi Batato, représente 20 à 25 % du revenu annuel moyen d’un agriculteur. L’incitation sera ensuite plafonnée à 250 francs après deux ans et progressivement étendue à l’ensemble des 160 000 producteurs de cacao de Nestlé d’ici 2030.

Contrairement aux primes actuelles qui sont payées à la tonne et peuvent encourager la surproduction, Nestlé, qui a utilisé plus de 436 000 tonnes de cacao au total en 2020, a déclaré qu’elle paierait directement les agriculteurs et leurs conjoints, indépendamment des volumes produits.

« Une incitation pour le ménage est beaucoup plus inclusive pour les petits agriculteurs, en veillant vraiment à ce que personne ne soit laissé pour compte« , a déclaré le chef de la confiserie Alexander von Maillot.

Nestlé va lancer l’année prochaine des produits KitKat fabriqués avec du cacao provenant de fermes qui ont reçu des incitations en espèces et Alexander Von Maillot a déclaré que les efforts de l’entreprise pourraient finalement conduire à une hausse des prix pour les consommateurs.

« Avec le temps, le prix de certains produits pourrait certainement augmenter« , a-t-il déclaré, ajoutant que les consommateurs étaient prêts à payer si des pratiques commerciales responsables justifiaient le prix. Magdi Batato a déclaré que l’efficacité opérationnelle aiderait également à financer l’investissement.

Le réseau VOICE, un groupement mondial d’organisations non gouvernementales et de syndicats travaillant sur la durabilité du cacao, a déclaré que le plan de transfert en espèces de Nestlé était « un grand pas en avant ».

Il a toutefois ajouté que les transferts monétaires ne remplaçaient pas l’engagement de payer un prix global équitable pour la fève de cacao et que les agriculteurs étaient toujours vulnérables aux prix bas du marché mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE : une priorité pour les entreprises

    Les entreprises ne peuvent plus ignorer les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance qui accompagnent leurs activités. C’est pourquoi nombre d’entre elles articulent leur politique autour de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) afin de contribuer aux enjeux du développement

le Coin ESS