Suicide d’un employé chez Lidl : mise en examen pour homicide involontaire et harcèlement moral

suicide employe lidl mise examen homicide involontaire harcelement moral - SocialMag
  • Publié le: vendredi 17 septembre 2021

Le grand distributeur allemand implanté en France depuis plus de vingt ans, a été mis en examen pour harcèlement moral et homicide involontaire après le suicide d’un salarié en 2015.

Six ans après le suicide d’un salarié d‘un magasin Lidl près d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, le géant de la distribution alimentaire allemande a été mis en examen pour harcèlement moral et homicide involontaire.

Deux affaires

En 2017, c’est la diffusion d’un numéro de l’émission télévisée Cash Investigation, d’Élise Lucet, qui avait poussé le parquet d’Aix-en-Provence à ouvrir une information judiciaire sur le suicide d’un salarié. Yannick Sansonetti, employé au Lidl de Rousset, dans les Bouches-du-Rhône, avait en effet été retrouvé pendu sur son lieu de travail le 29 mai 2015.

Durant la procédure judiciaire, un autre nom a refait surface : celui de Patrice Tonarelli, responsable de l’entrepôt du Rousset jusqu’en 2018 et supérieur de Yannick Sansonetti. Il avait lui-même cédé à un burn-out professionnel un mois seulement avant le suicide de son collègue.

Dans ces deux affaire, Lidl a été mis en examen pou harcèlement moral. « Cette décision me paraît naturelle et logique, si ce n’est inéluctable au regard des éléments que l’on retrouve dans cette affaire », explique Me Lucien Simon, l’avocat de patrice Tonarelli.

Défenseur de son client, il confie : « Cette histoire constitue pour mon client le séisme de sa vie, à la gravité conséquente ».

Un salarié pour le travail de trois employés

En 2020, Lidl avait déjà été condamné au civil en appel à la suite du suicide de Yannick Sansonetti.

Dans son arrêt, la cour estimait que « le manquement de l’employeur à l’obligation de sécurité (…) constitue une faute inexcusable ». La cour faisait alors état d’une « managériale très forte depuis l’arrivée d’un nouveau directeur régional en janvier 2014 ».

Les employés de cet entrepôt de Rousset se retrouvaient soumis « à une amplitude de travail journalière déraisonnable, leur ajoutant des missions de façon imprévisible, sans leur donner des moyens de travail adaptés ».

« Cette mise en examen pour homicide involontaire sur la personne de Yannick Sansonetti me paraît normale. A partir du moment où, en connaissance de cause, vous violez une obligation légale de sécurité ou de prudence, et que vous causez un décès, c’est par la violation que vous avez commise que le décès est intervenu. Donc, vous êtes poursuivable pour homicide », déclare me François Burle, l’avocat du père et de la mère de Yannick Sansonetti.

Après le suicide de Yannick Sansonetti, Lidl avait embauché trois salariés pour s’occuper de la totalité du travail jusqu’alors confié à ce dernier. Liddl a plusieurs affaire de harcèlement et de discrimination syndicale, dont des tentatives de suicide : « je suis persuadé qu’il y a chez Lidl des règles de management, un système mis en place qui est préjudiciable pour les salariés », estime Me Burle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS